Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Obstruction électorale : une décision sans précédent des grands électeurs du Massachusetts

La rédaction
visites
844

Réunis le 13 décembre, les grands électeurs du Massachussetts, l’Etat de John Kerry, ont approuvé à l’unanimité une résolution présentée par l’électeur Tom Barbera, par ailleurs vice-président de l’AFL-CIO du Massachusetts.

Des résolutions similaires ont été présentées dans d’autres Etats, et le Maine et le Vermont ont adopté la même démarche. La résolution du Massachusetts affirme :

« Je propose par la présente que nous, les électeurs dûment assermentés du Massachusetts, demandions au Congrès et aux honorables membres de la délégation du Massachusetts au Congrès, ce qui suit :

« Attendu que nous pensons qu’en tant qu’électeurs, nous avons l’occasion unique et l’obligation de garantir que la justice ne soit pas de nouveau retardée et bafouée,

« Nous appelons le Congrès des Etats-Unis et plus spécialement nos honorables représentants et membres de la délégation du Massachusetts au Congrès à :

  1. faire en sorte que le Congrès s’engage à enquêter sur toutes les plaintes électorales qui soient recevables ;
  2. faire en sorte que le Congrès remédie à toutes infractions envers le droit de vote ou aux fraudes électorales constatées par ses propres agents ou des tribunaux ;
  3. engager les ressources du Congrès dans l’adoption de remèdes systémiques . »
L’Ohio porte plainte pour obstruction électorale

Une plainte pour obstruction électorale a été déposée le 13 décembre devant la Cour suprême de l’Ohio. Voici quelques-uns des éléments étayant cette action en justice, rapportés lors des auditions tenues par le député John Conyers :

  • Dans le comté de Franklin, où se trouve la capitale Colombus, un employé du Holiday Inn a observé une équipe de 25 personnes, se dénommant elle-même la « force de frappe du Texas », utiliser des cabines téléphoniques pour intimider des électeurs potentiels, en particulier d’anciens prisonniers. Les membres de cette « force de frappe » auraient payé de leur poche les frais de voyage jusque dans l’Ohio, mais leurs frais d’hôtel ont été pris en charge par le Parti républicain de l’Ohio, dont le siège est situé de l’autre côté de la rue. L’employé de l’hôtel a entendu un de ceux qui faisaient les appels dire à un électeur présumé que s’il allait voter, cela serait rapporté au FBI et sanctionné par un retour en prison. Un autre employé a appelé la police, qui s’est rendue sur les lieux mais n’est pas intervenue.
  • Dans ce même comté, le directeur des élections, Mat Damschroder, a menti au tribunal fédéral en déclarant, le jour du scrutin, qu’il ne disposait pas de machines à voter supplémentaires. Cette question lui avait été posée dans le cadre d’une plainte déposée par le Parti démocrate, pour insuffisance volontaire de machines à voter dans les circonscriptions à dominante afro-américaine. Or, selon des déclarations plus récentes de Damschroder et de Bill Anthony, président du Bureau des élections du comté de Franklin, on apprend aujourd’hui que sur les 2866 machines à voter disponibles, 81 n’ont pas été mises à disposition. Cette pénurie de machines dans les circonscriptions à tendance démocrate a provoqué de longues files d’attente, que des milliers de personnes ont quittées par lassitude, sans avoir voté. Les déclarations contradictoires de Damschroder sont susceptibles de donner lieu à des poursuites pour parjure.
  • Dans le comté de Warren, les autorités électorales avaient déclaré une alerte de sécurité intérieure le jour du scrutin, interdisant aux journalistes et autres observateurs de surveiller le dépouillement. Or des employés de ce comté ont révélé que six jours avant le scrutin, on les avait prévenus de se préparer à une éventuelle mesure d’exclusion le 2 novembre. Cette révélation laisse à penser que la mise en alerte reflétait une décision politique et n’était pas due à un réel problème de sécurité. Par ailleurs, selon d’autres déclarations faites sous serment, des bulletins de vote ont été laissés sans protection dans un hangar le jour du scrutin et n’en ont été retirés qu’après réception de plaintes auprès des autorités du comté.

D’autres exemples témoignent d’ingérence directe de la part de fonctionnaires électoraux. Dans le comté de Warren, on a obligé certains électeurs à utiliser des bulletins provisoires, alors qu’ils avaient une pièce d’identité adéquate. Par la suite, ces bulletins ont été examinés de très près avant d’être comptabilisés. Dans un certain nombre de circonscriptions du comté de Franklin, les gens qui ne se trouvaient pas à l’intérieur des bureaux de vote à 19h30 furent invités à partir, même s’ils avaient fait la queue pendant des heures.

Contactez-nous !