Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Octobre, une nouvelle phase dans l’effondrement économique

La rédaction
visites
3561

24 octobre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Tous les indicateurs montrent qu’octobre 2009 signale le basculement dans une nouvelle phase de l’effondrement de l’économie mondiale.

Après la bulle de l’immobilier résidentiel, les banques américaines sont désormais menacées par la chute de l’immobilier commercial. Le magazine Fortune expliquait jeudi que la situation « est étrangement similaire à la crise des subprime », et qu’une « vague de saisies et de défauts de paiement sur les prêts pourrait déclencher un effondrement du marché des obligations structurées portant sur l’immobilier commercial ». L’immobilier commercial américain pèse 480 milliards de dollars sur les petites banques et les banques régionales américaines dont 106 ont déjà fait faillite depuis le début de l’année. La principale banque américaine pour les PME et les commerces, qui n’est pas une « petite » banque est sur le point de déclarer faillite et pourrait être le nouveau Lehman Brothers. Gardons aussi en tête qu’il y a encore 5 à 6000 milliards de dollars d’actifs toxiques detenus par les grandes banques américaines, sans compter les sommes bien supérieures en produits dérivés. Ce coup-ci, un nouveau renflouement par les autorités américaines (déjà 23700 milliards engagés) signerai la fin du dollar sur les marchés internationaux. Le dollar a déjà perdu 20% en 6 mois et est tombé cette semaine sous les 1,50 pour un euro. Dans son édition du 26 octobre, Business Week demande « Que va-t-il se passer si le dollar se crash ? », et répond « des guerres commerciales éclateraient, les banques surexposées s’effondreraient, et ce ne serait qu’un début ». D’autre part, Christian Noyer, le gouverneur de la banque de France a mis en garde cette semaine contre le risque systémique d’un effondrement du marché des CDS (Credit Default Swaps), une bulle spéculative de plus de 40000 milliards de dollars. Dans le Financial Times d’hier, Gillian Tett cite un banquier jeune retraité demandant si « octobre 2008 n’était pas qu’une répétition générale pour le crash de la prochaine bulle ? ». Oui, ce n’était qu’un avant-goût, car la bulle est en réalité le système financier lui-même.

On dit toujours que lorsque un bateau s’apprête à couler, les rats quittent le navire. Eh bien l’on voit depuis quelques mois que les matières premières sont repartis à la hausse sans pour autant que l’activité économique soit repartie. Les spéculateurs se jettent à nouveau sur les matières premières jugées plus fiables que les produits financiers. L’or a pris 30% depuis le début de l’année, le pétrole est à nouveau au dessus des 80 dollars le baril, le cacao bat des records, le café aussi, etc.

Mais le plus révélateur est l’humain : le chômage repart à la hausse depuis la fin de l’été dans tous les pays « industrialisés » et les déficits budgétaires des Etats s’accroissent lourdement à mesure que les revenus fiscaux se réduisent, entraînant une austérité rampante.


Notre politique :

Faire face aux Ides d’octobre : Contre le monétarisme, un système de crédit public


Contactez-nous !