Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Olivier Blanchard et le FMI : coupons les dépenses de santé et les retraites pour stabiliser la reprise !

La rédaction
visites
2459

2 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) — Directeur des études et économiste en chef du Fonds monétaire internationale (FMI), Olivier Blanchard qui s’affirme « proche du Parti socialiste » est un économiste « comportementaliste » dans l’orbite de Larry Summers, le conseiller économique principal de Barack Obama.

Selon le néo-keynésien Blanchard, « la reprise a commencé. Pour la soutenir, des actes délicats de rééquilibrage seront nécessaires, aussi bien à l’intérieur des pays qu’au niveau international ».

A l’instar du grand « sorcier de l’économie » des années 1930, le néo-keynésien Hjalmar Schacht (ultérieurement ministre des finances du IIIe Reich), Blanchard estime que parmi ses « actes délicats » figure, non pas l’arrêt des plans de renflouement des banques, mais la réduction de la croissance des dépenses des régimes sociaux (santé, retraites, etc.) !

Ainsi, sur le site du FMI, dans la publication Finance and Development, Blanchard écrit que « la stimulation [de l’économie] peut être prolongée si, au même moment, des mesures sont prises pour limiter la croissance des régimes sociaux [entitlements] des Etats – qu’il s’agisse de l’accroissement des dépenses de santé ou de l’effet du vieillissement des populations sur les dépenses pour les retraites. Le marchandage est plutôt attractif. Les évaluations du FMI indiquent que le coût fiscal de l’augmentation des régimes sociaux est dix fois supérieur au coût de la crise. Ainsi, même des réductions modestes du taux de croissance des régimes sociaux pourraient libérer la marge fiscale nécessaire pour continuer la stimulation [de l’économie] ».

Article : Obama et vous : le péril behavioriste

Contactez-nous !