Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Opposition au plan de guerre de Cheney contre l’Iran

La rédaction
visites
766

L’opposition au plan du vice-président américain Dick Cheney, prévoyant d’attaquer l’Iran avec des armes nucléaires, probablement au cours du mois d’août, continue à s’étendre. Le 2 août, le Washington Post attaquait ce plan dans un article à la une, reprenant des extraits d’une Evaluation du renseignement national de juin (NIE dans son acronyme anglais), qui démentait l’idée selon laquelle l’Iran serait en passe de pouvoir développer l’arme nucléaire. Selon les sources du Washington Post, l’Iran ne pourrait pas avoir de telles armes avant 2015 au plus tôt, et cela seulement dans l’hypothèse où l’Iran aurait un programme nucléaire militaire - ce qui n’est même pas confirmé.

Des sources à Washington nous ont confié que ces fuites sur la NIE n’auraient pas eu lieu sans la mobilisation du mouvement de Lyndon LaRouche, qui a donné une vaste publicité aux révélations de l’American Conservative, selon lesquelles Cheney aurait ordonné au Commandement stratégique (STRATCOM) de préparer un plan d’urgence d’attaques conventionnelles et nucléaires contre l’Iran. Ces attaques seraient effectuées dans l’éventualité d’une opération terroriste de type 11 septembre contre les Etats-Unis. Ces fuites ne seraient qu’un pâle reflet de la plus grande bataille institutionnelle en cours aux Etats-Unis depuis fort longtemps, selon nos sources, qui soulignent également que la déclaration de LaRouche sur les « Canons d’août » n’est pas du tout exagérée.

Le 3 août, les médias américains étaient remplis d’articles attaquant la NIE et la fuite du Washington Post.

Le même jour, Ray McGovern, le responsable des Veterans Intelligence Professionals for Sanity (anciens professionnels du renseignement pour la vérité) écrivait dans TomPaine.com, que la fuite sur la NIE avait devancé et contrarié Dick Cheney et son protégé néo-conservateur, John Bolton, dans leurs velléités de guerre contre l’Iran. En fait, le 4 août, Bolton a utilisé son nouveau poste d’ambassadeur aux Nations Unies pour accuser l’Iran (et la Syrie) de financer des terroristes.

McGovern écrit que la fuite a été particulièrement bien minutée : « Elle intervient dans un contexte de rumeurs selon lesquelles le bureau du vice-président Cheney aurait ordonné des plans d’urgence pour une attaque aérienne à grande échelle contre l’Iran, utilisant non seulement des armes conventionnelles, mais aussi des armes nucléaires tactiques pour détruire des installations nucléaires souterraines. » Il rajoute que, comme en 2002, Cheney dirige la charge pour une nouvelle guerre.

McGovern soulignait à l’époque le fait que « Cheney ne se sent pas du tout lié au renseignement américain, à moins de pouvoir se rendre assez souvent au quartier général de la CIA pour orienter le renseignement dans la direction souhaitée. » McGovern s’attend à ce que Cheney en fasse autant cette fois-ci.

Contactez-nous !