Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Panique mondiale : la Fed est-elle folle ou otage ?

La rédaction
visites
2355

6 novembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Hier, l’économiste américain Lyndon LaRouche, qui interviendra publiquement ce soir lors d’une conférence internet internationale, a qualifié de « folie » la décision de la Fed de relancer la planche à billet.

« C’est très simple. Etant donné ce que l’on connaît historiquement sur le phénomène d’hyperinflation, nous devons voir en Ben Bernanke, président de la Fed, un malade mental. C’est la seule solution possible, à moins que quelqu’un le fasse chanter, qu’il ait un pistolet sur la tempe. Ben Bernanke est-il simplement fou où est-ce un criminel, voire un traître ? »

Nombreux sont ceux dans le monde qui ont dénoncé la politique d’assouplissement quantitatif (QE2) annoncée par la Fed mercredi (malgré de fortes dissensions internes), avec toutefois un langage plus diplomatique. Pour Le Figaro, « la décision de la Fed est une mèche allumée sous un baril de poudre ». Les dirigeants de l’ASEAN (pays d’Asie du Sud-Est) craignent « une forte inflation et une bulle spéculative qui pourrait exploser ». Le vice-ministre chinois des Affaires étrangère, Cui Tiankai a déclaré : « nombreux sont les pays qui craignent l’impact de cette politique sur leurs économies ». Le ministre brésilien des Finances Guido Mantega a dit que « ça ne sert à rien de jeter des dollars du haut d’un hélicoptère » (allusion au surnom de Bernanke). La nouvelle présidente brésilienne, Dilma Roussef a quant à elle expliqué que « le dernière fois qu’il y a eu une série de dévaluations compétitives, cela nous a mené à la deuxième Guerre mondiale ». Le ministre turc des Finances, Ali Babacan a qualifié le geste de la Fed de « désespéré », expliquant que « injecter autant d’argent dans les marchés peut créer plus de dégâts que de bénéfices ». Le ministre mexicain des Finances a dit que cela ne ferait que « créer de nouvelles bulles ». Même le ministre allemand des finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré que les Etats-Unis ont « déjà injecté une infinité de liquidités pour un résultat lamentable (…) je pense que cela va créer de nouveaux problèmes pour le monde. »

En tous cas, le meneur des « pousse au crime » n’est autre que le Financial Times, le quotidien de la City de Londres, qui est le premier à exiger de la Fed d’aller plus loin : la Fed « est trop timide. Dans les circonstances actuelles, même le QE2 n’est pas assez radical. Les appels se multiplient pour que la Fed s’engage plus fortement à faire de l’inflation ». Bernanke est peut être effrayé par cela, explique le FT, mais « il pourrait bientôt être obligé de revoir sa position ».

Si elle n’est pas stoppée, cette politique va anéantir très rapidement le niveau de vie de la population américaine et le dollar, engendrant un chaos économique et monétaire international. Lyndon LaRouche donnera ce soir des ordres de marche très précis à ceux qui aux Etats-Unis comme dans le monde, sont déterminés à combattre.


Rendez-vous aujourd’hui à 18h
sur le www.larouchepac.com
en direct de Washington, traduction française simultanée


Contactez-nous !