Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Panique parmi les élites russes liées à Eltsine

La rédaction
visites
854

Un expert des affaires stratégiques russes nous a confié le 6 septembre que « la panique règne à Moscou parmi les individus impliqués » dans le scandale de blanchiment d’argent mettant en cause la Bank of New York, car ces individus, appartenant à l’entourage « oligarchique » du président Boris Eltsine, sont depuis des années tributaires d’un soutien occidental, en particulier de l’establishment politique, financier et du renseignement anglo-américain.

Selon le même stratège russe, « ils craignent que l’Occident ne les abandonne. Ils savent à quel point ils sont impopulaires en Russie même, de sorte qu’ils craignent pour leur avenir. Leur seul espoir, c’est que toute cette histoire disparaisse et que l’Occident devienne "raisonnable" ». En tous cas, le fait fondamental est qu’il y aura partout « de nombreuses et diverses retombées à la suite de ce scandale. »

Toujours d’après cette source, certains cercles anglo-américains ont de cyniques raisons de faire éclater ce scandale maintenant, au-delà des conséquences qu’il aura pour les élections américaines : « L’Ouest a été constamment impliqué dans l’organisation de cette massive fuite de capitaux depuis la Russie et a décidé de fermer les yeux. Ce qui se produit maintenant, c’est que certains importants responsables politiques occidentaux, en particulier britanniques et américains, ont décidé de faire une croix sur la Russie. Ils savent depuis quelque temps que l’effondrement des forces pro-occidentales en Russie est imminent. On transforme le débat sur "qui a perdu la Russie" en attaque contre les "escrocs russes". »

Entre-temps, une rumeur court à Moscou : le président Eltsine pourrait bientôt (dès septembre) prendre l’initiative de faire avorter les élections parlementaire et présidentielle en déclarant un état d’urgence, prenant comme prétexte l’escalade de la guerre au Daghestan et une vague de terrorisme dans le Caucase ou au coeur même de la Russie. Une très suspecte vague de terrorisme a en effet frappé Moscou. Le 31 août, une bombe a éclaté dans une galerie commerciale souterraine à la place du manège, près de la place Rouge ; depuis, plusieurs autres engins explosifs ont été découverts à Moscou. A cela s’ajoute une inquiétante escalade terroriste au Daghestan même, avec le bombardement, le 4 septembre, de baraquements russes à Buinaksk, tuant au moins 36 personnes.

Selon un deuxième scénario, Eltsine pourrait tenter de prendre au dépourvu l’opposition en particulier l’ex-premier ministre Primakov et le maire de Moscou Iouri Loujkov en fixant, de manière impromptue, des élections simultanées à la Douma et à la présidence pour le 19 décembre, afin d’y « glisser » le successeur qu’il s’est choisi, le Premier ministre Vladimir Poutine. Eltsine pourrait démissionner rapidement, donnant ainsi à Poutine, devenu président par interim, le pouvoir constitutionnel de lui accorder, ainsi qu’à sa famille, une amnistie totale.

Ce scénario est d’abord apparu dans le Moscow Times du 21 août, avant de devenir le sujet d’un important dossier publié dans le quotidien italien La Stampa par son correspondant de longue date à Moscou, Giuletto Chiesa. Ces scénarios sont tout à fait plausibles. L’ère post-Eltsine approchant à grands pas, des individus comme Boris Berezovski et Roman Abramovitch savent qu’ils sont le dos au mur. On ne peut donc rien exclure.

Contactez-nous !