Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Paris dénonce la désinformation aux Etats-Unis

La rédaction
visites
704

Le 15 mai, dans un geste sans précédent, l’ambassadeur de France aux Etats-Unis, Jean-David Levitte, a remis à la Maison Blanche, au département d’Etat, au Pentagone et au Congrès une lettre dénonçant une « campagne de désinformation organisée » contre la France venant de l’intérieur de l’administration Bush.

Une liste de deux pages, jointe à la lettre, énumère différents articles des médias américains « visant à ternir l’image de la France ». Ces articles « s’appuient sur des informations provenant de "responsables gouvernementaux anonymes". » Dans une interview avec la chaîne PBS, l’ambassadeur Levitte a accusé des « sources du renseignement américain » d’en être responsables.

La liste en question commence par un article du New York Times affirmant que la France et l’Allemagne ont fourni à l’Irak des interrupteurs de précision destinés au déclenchement d’armes nucléaires. Les autorités françaises ont catégoriquement démenti cette information. En novembre 2002, le Washington Post citait des « sources du renseignement américain » selon lesquelles la France possédait des souches interdites du virus de variole, information également démentie par les autorités françaises. En mars 2003, le Washington Times citait « une source du renseignement américain » qui affirmait que deux entreprises françaises avaient vendu à l’Irak des pièces détachées pour avions et hélicoptères. Les deux sociétés en question, ainsi que l’ambassade française, ont fermement démenti. La désinformation la plus grave, cependant, a été publiée le 6 mai dans ce même quotidien, accusant le gouvernement français d’avoir fourni des passeports à des dirigeants irakiens recherchés par les autorités américaines, citant à l’appui une « source anonyme » des milieux du renseignement...

Paris reproche à la Maison-Blanche et au gouvernement américain l’absence de tout effort énergique pour discipliner les sources concernées ou même découvrir qui elles sont. Au contraire, le porte-parole de la Maison-Blanche, Ari Fleischer, a fait ce commentaire ambigu, le 6 mai, à propos de l’affaire des passeports : « Je ne peux pas confirmer cette information. Je pense que les Français doivent nous expliquer ce qu’ils ont fait et ce qu’ils n’ont pas fait. » Quatre jours plus tard, Donald Rumsfeld lui-même disait que « la France a eu, historiquement, une relation étroite avec l’Irak. D’après ce que je comprends, cela a continué jusqu’au déclenchement de la guerre. Ce qui s’est passé par la suite, nous le découvrirons . »

Selon Le Monde (17 mai), les responsables français « estiment que ces articles sont inspirés par le Pentagone ou, plus précisément (...) par ses dirigeants politiques, c’est-à-dire le ministre Donald Rumsfeld et ses adjoints et subordonnés civils . »

Contactez-nous !