Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Paris sur la faillite de GM

La rédaction
visites
856

Le constructeur automobile General Motors est au bord de la faillite, à cause du fait, notamment, que sa direction a donné la préférence aux actionnaires plutôt que d’investir dans les biens d’équipement et le progrès technologique. Le prix de ses actions se trouve à son plus bas niveau depuis le krach d’octobre 1987.

GM, qui a perdu près de 4 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de l’année, a lancé à la mi-novembre un nouveau programme de rabais afin de stimuler les ventes de fin d’année. En cas de grève chez son principal équipementier Delphi, qui a déjà eu recours à la procédure de mise en règlement judiciaire en octobre, GM serait obligé d’arrêter certaines parties de sa production, provoquant des pertes supplémentaires. Le gouverneur du Michigan, Jennifer Granholm, s’est rendue à Washington pour rencontrer la délégation parlementaire de son Etat et discuter de la crise automobile. Tout en faisant des déclarations « rassurantes » sur l’avenir de GM, son PDG Rick Wagoner a annoncé de nouvelles fermetures d’usine et des licenciements pour le 22 novembre.

A Wall Street comme à la City de Londres, les intérêts financiers ont déjà déclaré GM en faillite. De par le contrôle qu’ils exercent sur les produits dérivés de crédit et les marchés à terme, les grandes banques et les hedge funds font chuter les titres de GM.

Le coût pour assurer les 10 milliards de dollars d’obligations de GM pendant cinq ans au moyen d’un contrat dérivé sur défaut (CDD), se monte actuellement à 2,5 millions de dollars sur 5 ans. Début 2005, le coût total d’un tel swap CDD était de 260 000 dollars. Ainsi, le coût actuel pour assurer 10 milliards de dollars d’obligations de GM atteint un quart de la valeur des obligations, et il a augmenté de près de dix fois en moins d’un an. L’élément nouveau est la nécessité de verser une somme aussi élevée dès la signature de l’acte.

A partir de janvier 2005, il a fallu, pour la première fois, verser un acompte pour conclure un CDD sur les obligations de Delta Airlines, de même pour Delphi à partir de la mi-avril. Le 14 septembre, Delta a déclaré faillite et Delphi le 8 octobre.

Parallèlement, de plus en plus de spéculateurs utilisent des options pour parier à la baisse sur les actions de GM. La vente de contrats pariant sur un prix de l’action inférieur à 10 dollars avant janvier 2007 a triplé depuis janvier 2005, pour atteindre 514 725. Les spéculateurs ont parié quatre fois plus sur les ordres d’option de vente des actions de GM que sur ceux d’achat. Ces contrats poussent vers le bas le cours de l’action.

Contactez-nous !