Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pascal Lamy : « Michel Barnier n’a aucune chance de réussir »

La rédaction
visites
1074

Le 15 mai 2008 (Nouvelle Solidarité) – Dans un entretien avec le quotidien Les Echos, Pascal Lamy, ancien responsable de la Rand Corporation Europe et directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), s’en prend violemment aux propositions françaises pour défendre la PAC et « l’exception agricole ».

Confronté au fait que de nombreux pays ont actuellement recours à des mesures visant à limiter voire à suspendre leurs exportations de nourriture pour survivre, Lamy, plein de compassion, n’a pas hésité à déclarer froidement qu’ « en tant qu’économiste, j’estime qu’assécher l’offre va dans le mauvais sens. En tant qu’homme politique, je comprends. Les économistes voient cela globalement ; les politiques pensent à leur prochain mandat… »

Dans une allusion à peine voilée aux déclarations de Jean Ziegler pour qui la course folle aux agro-carburants mérite le qualificatif de « crime contre l’humanité », Pascal Lamy, tout en admettant que dans certains pays, cela a « rogné sur la production agricole », affirme qu’il « est excessif de mettre tout le monde dans le même sac en disant que les biocarburants sont une catastrophe ».

Quand on lui demande ce que l’OMC « peut faire » face à la crise alimentaire, Lamy reprend le credo britannique en vantant les mérites des négociations de Doha qui permettront encore plus d’accroître le libre-échange, car elles traiteront « les obstacles qui perturbent les échanges et qui sont à l’origine des dégâts de l’agriculture des pays en voie de développement ».

{}

Pour cela, il faut un accord à l’OMC et rapidement. Car« on a les conditions politiques et techniques pour conclure en 2008 ». Ce que l’Europe y gagnera ? « Sur l’agriculture, les Européens vont gagner des accès aux marchés. De plus, leurs concessions ont déjà été largement réalisées lors de la réforme de la PAC. Et grâce à l’OMC, ils obtiendront une réforme du système américain qu’ils n’auront jamais autrement. »

Le journaliste des Echos demande ensuite ce qu’il pense de la suggestion faite par Michel Barnier « de sortir l’agriculture de l’OMC… »

Lamy : « Les pays en voie de développement – soit les trois quarts des membres de l’OMC – ont mis vingt ans à obtenir que l’agriculture fasse partie de l’échange international. Dans le Doha Round, ils entendent aller plus loin encore. La probabilité que cette suggestion prenne vie est donc très faible… »

{}

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !