Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Perspectives pour 2006

La rédaction
visites
580

Dans une interview radiodiffusée le 17décembre, Lyndon LaRouche a évoqué les événements importants survenus au Congrès ces derniers jours - le vote à la Chambre des représentants interdisant la torture et celui au Sénat bloquant le « Patriot Act ». Il a aussi donné un aperçu des mesures à prendre d’urgence face à la crise systémique économique et financière.

« Nous sommes arrivés au point où l’on peut dire que Rumsfeld est sur le départ, et il le sait (...) et que Cheney est en difficulté, pour toutes sortes de raisons. (...) Nous sommes dans une situation où les deux chambres du Congrès montent une résistance contre l’administration Bush-Cheney, qui a échoué sur toute la ligne. (...)

Cependant, on n’a pas encore compris comment faire face à ce qui va devenir la plus dangereuse désintégration financière internationale de l’histoire moderne. Elle arrive à toute vitesse. (...) Par conséquent, je me préoccupe principalement de faire en sorte que le Congrès mobilise en faveur des réformes économiques nécessaires, et d’autres institutions aussi, et qu’on amène, espérons-le, la branche exécutive à le faire. (...)

« J’ai fait certaines propositions. L’une d’entre elles a été, en quelque sorte, exaucée par l’initiative de Nancy Pelosi, la dirigeante démocrate à la Chambre des représentants qui, dans son discours à l’université de Harvard, a fait connaître sa volonté de sauver l’économie, de la sortir de la dépression en adoptant un programme de développement industriel. (...) Paul Volcker, l’ancien président de la Réserve fédérale, est actif sur ce front avec ses propres idées. Elles sont pro-américaines - je ne suis pas d’accord avec lui, mais je m’allie avec lui contre Felix rohatyn, qui est un "banquier synarchiste". (...)

« Nous avons perdu le système ferroviaire dont nous avons besoin. On pourrait le reconstruire. L’industrie automobile (General Motors, Ford ou Delphi) pourrait mettre à contribution ses capacités non utilisées pour le reconstruire. Tout le système de transport aérien doit être reconstruit. Il nous faut un système ferroviaire qui inclue des rails à lévitation magnétique, afin d’établir une relation plus rationnelle entre les transports aérien, ferroviaire et autoroutier. Nous devons rebâtir notre système de transport fluvial qui est en mauvais état. Nos systèmes de production et de distribution d’électricité sont délabrés. Dans tous ces domaines, les capacités en machines-outils de l’industrie automobile et ses capacités de production pourraient contribuer à combler les vides. Les discussions à ce sujet vont donc bon train, entre les trois rivaux que sont moi-même, Paul Volcker et Felix Rohatyn. (...)

« Les Etats-Unis doivent redevenir une puissance industrielle. Autrement, ils sont condamnés. Dans les conditions de la crise qui s’annonce, si les Etats-Unis ne prennent pas le leadership d’une reprise mondiale, il n’y en aura pas du tout. Si l’on considère ce qui se passe dans le reste du monde, il y a des évolutions intéressantes en Chine, ou en Inde, potentiellement même en Europe. La Russie présente un point d’interrogation tout à fait intéressant aujourd’hui. Mais ces pays n’ont pas les moyens de lancer une reprise du système mondial. (...) Ce sont les Etats-Unis qui doivent prendre l’initiative qui mettra le monde entier sur la voie d’une politique de reprise. Cela veut dire que nous devons rétablir la capacité scientifique que nous avions, au moment où John Kennedy lanca le projet pour mettre un homme sur la Lune, qui était une continuation des mesures qui avaient été prises par le président Eisenhower en 1957-58. (...)

« Dans cette optique, j’ai jeté les bases d’un programme d’éducation supérieure et j’ai utilisé le Mouvement des jeunes larouchistes (LYM) (qui en a besoin de toute façon) pour lancer le processus d’un modèle que des gens dans cette tranche d’âge peuvent suivre, pour obtenir un mouvement d’éducation en faveur du retour à une économie puissante en termes scientifiques et technologiques. L’objectif est double : aider à réaliser une reprise économique et choquer la nation pour qu’elle reconnaisse que "Nous devons réformer notre système éducationnel pour satisfaire les besoins du présent et du futur". »

Contactez-nous !