Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pervenche Berès évoque le Glass-Steagall et appelle à une résistance contre les marchés

La rédaction
visites
787
commentaires

15 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) — Le 11 avril, le démocrate Phil Angelides, président de la Commission américaine d’enquête sur la crise financière (FCIC), a présenté à Bruxelles devant le CRIS (Comité sur la crise financière, économique et sociale) du Parlement européen les conclusions de son rapport.

Après la série de réponses apportées par Angelides aux différentes questions, notamment celle d’un parlementaire italien sur le retour à la Loi Glass Steagall, la socialiste Pervenche Berès, rapporteure du CRIS a conclu la session avec les remarques suivantes (extraits tirés de l’audition d’Angelides que vous pouvez visionner ICI :

« Merci beaucoup.

« Monsieur le président [Angelides], je crois qu’il y a beaucoup d’enseignements à tirer de ce que vous nous dites, et en même temps, j’en reviens a votre introduction [révélant une complicité coupable des autorités avec les banques], il y a pour ceux qui nous écoutent et pour ceux qui attendent des messages sur le fait que les choses vont changer, beaucoup d’inquiétude à avoir. (…)

« L’enseignement qu’on peut tirer de ce que vous nous dites c’est que les politiques doivent résister aux marchés, ou en tout cas être suffisamment forts pour imposer aux acteurs des marchés les outils dont on a besoin pour que ces marchés fonctionnent bien.

« Or, cette proximité [entre politiques et lobbies financiers] qu’on observe chez vous ou ici, nous disent combien il est difficile d’avancer.

« Ce que vous nous avez dit sur le paquet Dodd-Franck [loi américaine fixant un premier cadre aux activités les plus spéculatives] qui serait aujourd’hui fragilisé par la volonté de certains au Congrès de ne pas donner aux autorités les moyens de mettre en œuvre cette législation, je vous rassure, nous avons le même phénomène ici. Aux Etats-Unis avec le paquet Dodd Franck vous avez beaucoup avancé sur le plan de la régulation ; nous, nous avons plutôt fait des efforts dans le domaine de la supervision. (…)

« Mais sur le paquet supervision nous avons affronté la même difficulté que vous, c’est-à-dire que les Etats-membres, une fois qu’ils avaient accepté le principe des mécanismes européens de supervision pour les rendre plus efficaces, se sont avérés très frileux pour dire les choses poliment. Lorsqu’il s’est agit de désigner des personnalités, [il est apparu que] personne n’avait suffisamment d’autorité pour être patron de ces autorités de législation, ou pour les doter financièrement.

« Vous avez répondu à notre collègue s’agissant du Glass-Steagall Act et de la séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement, c’est une des propositions que je fais dans le rapport final et qui mérite que l’on regarde les choses d’assez près.

« Parce que — et je reviens à ce que je vous disais tout à l’heure lors de la conférence de presse— lorsqu’au sein de cette commission CRIS dans une première étape, dans notre rapport intérimaire, j’avais eu une approche assez holistique des causes de cette crise, en écho avec notre mandant : une crise financière, économique et sociale (…)

« La première version que j’avais proposé comme analyse de cette crise, au fond, s’est heurtée à ceux qui ne voulaient pas voir les origines sociales de cette crise. Comme quoi les marchés financiers avaient exploité la pression sur les salaires pour autoriser l’octroi de crédits à des gens dans des conditions insoutenables, mais en même temps lorsqu’on proposait des choses trop radicales vis-à-vis des marchés financiers, alors là il n’y avait pas non plus de consensus.

« Fondamentalement, cette idée que ceux qui sont à l’origine de cette crise sont ceux qui pourront trouver les solutions à cette crise n’est pas soutenable. Parce que vous l’avez dit vous-même tout au cours de l’après-midi, il y a un arbitrage réglementaire, il y a une puissance de lobbies organisés par les marchés financiers qui fait que pour le fonctionnement de nos démocraties et de nos marchés on a besoin d’organiser la résistance ou en tout cas de revenir à l’essence de la démocratie qui permet à des contrepoids d’exister. Et je crois que votre rapport est une pierre importante à cet édifice. »

Ceci ne peut qu’encourager tous nos militants à augmenter la pression afin de garantir que le terme Glass-Steagall puisse devenir mieux qu’un mot, une réalité. Car, comme le souligne Jacques Cheminade, revenir à un vrai « Glass-Steagall », ce n’est pas simplement caresser un bon critère « de régulation », mais revenir à un vrai projet de société d’ensemble, c’est-à-dire un projet économique, industriel, culturel et scientifique garantissant les investissements essentiels au service des générations futures.

SIGNEZ ICI : la pétition pour un Glass-Steagall global


Pour creuser :


Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 18/04/2011 - 23:50

    Allez ! allez Pervenche ! c’est le printemps !!
    Allez jusqu’au bout de vos idées !
    Allez ! allez Pervenche ! encore un petit pas !!
    Allez ! juste un peu de courage !
    Rejoignez Jacques Cheminade

    Répondre à ce message

  • edith • 15/04/2011 - 17:45

    Elle dit "la premiere version que j’avais proposé comme analyse de cette crise s’est heurtée à ceux qui ne voulait pas voir les origines sociales de cette crise et en même temps lorsqu’on proposait des choses trop radicales vis à vis des marchés financiers,alors là il n’y avait pas non plus de consensus" elle ne pense pas que les marchés vont revenir à de meilleurs dispositions,mais à part caqueter que fait elle compte tenu qu’elle est membre du siècle qu’elle est rapporteur ou presidente de plein de commissions sur les affaires economiques depuis des années à bruxelles elle est socialiste et a voté le traité de lisbonne et a aidé giscard a pondre la constitution européenne elle est donc de méche avec tous les salauds qui nous ont conduit là ou nous sommes et comme dit jacques genereux se sont tous des crétins, des idéologueset des salauds donc des incapables dangereux et pour moi elle en fait partie .je n’ai aucune confiance dans la capacité de reactivité du parlement européen des mots toujours des mots rien que des mots puisqu’elle a voté pour tous les carcans qui nous ecrasent comme des mouches , les peuples doivent tous les virer à coup de pieds dans le cul !!!

    Répondre à ce message

  • ARCANE • 15/04/2011 - 13:30

    Separation des banques d’affaires des banques de dépots
    oui effectivement c’est plus raisonnable, cela a deja été fait
    et cependant on a recommencé la preuve aujourd’hui.
    Je pense que un des problèmes de notre humanité, c’est d’oublier que ce que l’on croit etre une cause n’est que l’effet d’une autre cause plus profonde.

    La crise économique, provoque de nombreux effets, au centre l’argent qui normalement aurait du resté un moyen d’échange entre les hommes à la condition que sur ce moyen aucun intéret ne puisse etre ajouté, car si vous mettez le moindre pourcentage d’intéret sur l’argent il devient une marchandise et se trouve aspiré entre les mains de quelques uns.

    La crise économique est l’effet d’une autre cause qui est une crise évolutive de l’humanité et qui se traduit dans l’economie.
    L’humanité doit faire un saut de conscience avec l’univers
    sur le sens de l’existance de ce pourquoi il est là et cesser de prendre les moyens pour les buts.
    La véritable croissance est une montée de plus de conscience de la participation à la grande vie et cette conscience aménera les moyens en conséquence elle les créra NON pas pour les posseder comme fin en soi mais les utiliser harmonieusement.Il ne sagira pas de modifier ou d’ameliorer un moyen mais de changer totalement sa vision interieur et exterieur du rapport à l’univers.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide