Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Plongeon dans la dépression

La rédaction
visites
683

Dix baisses successives des taux directeurs de la Réserve fédérale (Fed) n’ayant pas réussi à insuffler une nouvelle vie à l’économie américaine, la Réserve fédérale en a décrété une onzième le 11 décembre, baissant à 1,75 % les taux à 24 heures. Le taux d’escompte (taux auquel la Fed accorde aux banques américaines des crédits d’urgence) est tombé à 1,25 %, niveau sans précédent depuis 1955.

Les ventes américaines de détail ont plongé en novembre de 3,7 % par rapport au mois précédent. Alors que l’année 2001 tire à sa fin, 231 sociétés cotées en Bourse aux Etats-Unis, représentant 250 milliards de dollars d’actifs, ont déposé leur bilan, ce qui représente plus de deux fois et demi les 95 milliards de dollars de l’an 2000. En outre, sur les dix plus importants dépôts de bilan de sociétés cotées en Bourse depuis 1980, la moitié ont eu lieu cette année, dont la plus grande faillite de tous les temps, celle d’Enron (63 milliards de dollars).

A la mi-octobre, la Fed a fait savoir que la production industrielle américaine avait chuté en septembre pour le douzième mois consécutif, ce qui représente la plus longue période de déclin depuis 1945. Un mois plus tard, elle devait annoncer que la production industrielle avait à nouveau baissé en octobre, avant de faire en décembre la même constatation pour le mois précédent. En tout, la production industrielle a baissé de 5,9 % par rapport à l’année dernière, l’équipement de bureau de 13,5 %, les machines et l’équipement industriel de 11,9 % et les machines électriques de 15,2 %. L’utilisation des capacités productives est tombée à 74,7 %, le plus bas niveau depuis 1983. Les commandes de machines-outils placées par des sociétés américaines au cours des dix premiers mois de l’année, étaient de 31,2 % inférieures à l’année dernière. Le commerce extérieur américain est en peau de chagrin : pendant le troisième trimestre, les exportations étaient de 13,1 % inférieures à l’année précédente, les importations de 14,5 %.

Par ailleurs, de grandes sociétés dans les secteurs de la « haute technologie » et de la finance accélèrent les licenciements. La société d’équipement de télécoms Ciena a annoncé des pertes nettes pour le quatrième semestre de 1,8 milliard de dollars, estimant que ses ventes auront chuté de 40 % au cours de ce semestre. Chez Lucent Technologies, les ventes ont chuté de 35 %. Qwest Communications va supprimer 7 000 emplois et American Express 6 500 emplois, en plus des 7 700 annoncés précédemment.

Entre-temps, au Japon, les prix des actions des principales banques s’effondrent. En novembre, le nombre de faillites d’entreprises japonaises a atteint 1 851, soit le nombre mensuel de faillites le plus élevé depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. La dette des sociétés ayant fait faillite en novembre s’élève à 14,9 milliards de dollars, 53,9 % de plus que l’année dernière. Selon l’Institut de recherche économique et sociale du gouvernement japonais, les commandes de machines par les sociétés japonaises ont encore baissé de 10,1 % en octobre par rapport à septembre. Par rapport à la même période de l’année dernière, les commandes intérieures de machines au Japon ont diminué de 26,6 %, le plus fort déclin depuis 1975, et de nouvelles réductions dans les investissements dans les machines et les équipements sont déjà programmées.

De grosses faillites se préparent également en Europe de l’Ouest. Le grand groupe médiatique allemand Kirch a d’énormes difficultés à couvrir les crédits bancaires échus en décembre. Le montant de la dette totale du groupe n’est pas connu avec précision, mais se situerait entre 7 et 16 milliards de marks. Kirch dirige plusieurs chaînes de télévision privées allemandes, notamment « ProSieben et « Sat1 », dont les revenus dus à la publicité ont brutalement chuté, ainsi que la chaîne payante, « Premiere World », qui enregistre aussi des pertes. Kirch a déboursé presque 4 milliards de marks afin d’acquérir les droits télévisés européens pour le championnat du monde de football de 2002 et 3 milliards de marks pour la Ligue nationale de football allemande. Le plus gros producteur industriel d’Italie, Fiat, a annoncé le 11 décembre un vaste programme de « restructuration », qui comprend la fermeture de 18 usines dans le monde et la suppression d’au moins 6 000 emplois. La poste britannique, maintenant dénommée Consignia, a déclaré le 12 décembre qu’elle allait licencier non pas 10 000 personnes, mais 30 000.

Contactez-nous !