Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pour la convocation d’une session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU

La rédaction
visites
779

Alors que la vaste majorité des pays du monde s’opposent à l’agression anglo-américaine en Irak, il est urgent qu’ils se réunissent pour réclamer d’une seule voix la cessation immédiate de la guerre. Le forum le plus approprié pour cela est l’Assemblée générale des Nations unies, convoquée en session extraordinaire. Il existe déjà un important précédent dans ce sens : la Résolution 377 intitulée « Unité pour la paix », adoptée par l’ONU en 1950, pendant la Guerre de Corée. Cette résolution prévoit que dans le cas où le Conseil de sécurité ne prendrait pas ses responsabilités en matière de maintien de la paix, l’Assemblée générale pourrait être convoquée pour examiner le problème. Cette résolution peut être mise en oeuvre sur le vote d’une simple majorité des pays membres de l’AG (soit 96 pays) ou le vote de sept membres du Conseil de sécurité.

Les 22 pays du groupe arabe à l’ONU et les 57 membres du groupe de l’Organisation de la Conférence islamique ont indiqué, dès le début de la guerre, leur intention de déposer une résolution appelant à une réunion d’urgence de l’Assemblée générale. Une telle réunion a été approuvée par le Mouvement des non-alignés, la Russie, la Chine et la Jamaïque. Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Hassan Wirayuda, a déclaré fin mars que son pays, l’un des membres dirigeants des non-alignés et de l’ASEAN, allait poursuivre ses efforts pour obtenir la cessation de la guerre au moyen de la Résolution 337. Le président brésilien Lula da Silva a, quant à lui, écrit une lettre au secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, il y a un mois, appelant à un sommet de tous les gouvernements ne siégeant pas au Conseil de sécurité, pour s’opposer à la guerre.

Comme l’a déclaré la présidente de l’Institut Schiller, Helga Zepp-LaRouche, dans un appel publié en Europe de l’Ouest le 3 avril, il est urgent, que la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine, nations qui ont dirigé l’opposition à la marche vers la guerre au Conseil de sécurité, soutiennent l’approche de la résolution « Unité pour la paix ».

Contactez-nous !