Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Pour le sénateur démocrate Jim Webb, les menées militaires d’Obama « représentent un grave danger »

La rédaction
visites
958

11 mai 2012 (Nouvelle Solidarité) – Le Sénateur démocrate de Virginie Jim Webb a annoncé le 9 mai qu’il mobilisera la loi contre l’Atrocities Prevention Board (Conseil pour la prévention des atrocités), une nouvelle institution servant de prétexte passe-partout pour le déclenchement en rafale de guerres impériales.

L’initiative de Webb consiste en l’introduction d’une loi requérant l’approbation explicite du Congrès avant toute tentative présidentielle de recourir à la force pour des « interventions humanitaires ».

Une source basée à Washington a confié à nos confrères d’EIR que la proposition de loi de Webb a été discutée pendant deux semaines par une groupe bipartisan de sénateurs. L’initiative de Webb peut potentiellement être votée par le Sénat, selon cette source. Webb a expliqué que cette loi, si elle devait être adoptée, constituerait un filet de sécurité permettant de protéger l’intégrité et l’intention de la Constitution elle-même, et de s’assurer que le Congrès agisse non seulement selon ses prérogatives, mais également ses responsabilités, telles qu’elles ont été soigneusement conçues par les Pères de la Constitution.

Dans une discours à la Chambre haute, il a déclaré : « L’un des ajustements les plus marquants par rapport au système britannique a été de s’assurer qu’aucune personne n’aurait le pouvoir d’engager le pays sur le chemin de la guerre sans que ce soit justifié par les intérêts et la sécurité du citoyen. »

Après avoir dénoncé les opérations de combat conduites « mois après mois par cette administration en Libye sans que les intérêts américains soient directement menacés et qu’aucune provision d’aucun traité soit en jeu », Webb a conclu que les arguments de l’administration Obama selon lesquels elle posséderait « l’autorité de décider où et quand utiliser la force militaire sans l’accord du Congrès, en utilisant la logique de l’’intervention humanitaire’, (…) représentent un grave danger ».

L’économiste américain Lyndon LaRouche a pour sa part souligné que cette initiative devait être vue dans le contexte des actions intentées dans la Chambre basse par le député Walter Jones contre le Président Obama. Jones poursuit activement ses efforts pour faire adopter sa résolution HCR 107, déclarant toute action militaire entreprise par le Président sans l’accord préalable du Congrès comme un « crime passible de destitution » et un « délit ».

Un soutien croissant pour les deux actions et la résistance des dirigeants militaires au sein même de l’armée pourraient réussir à stopper la politique de guerre britannique avant qu’il ne soit trop tard.

Contactez-nous !