Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pour sauver l’euro : tirons sur le Samu social !

La rédaction
visites
802
commentaire

20 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité) – Réduire à tout prix les dépenses publiques pour conserver la notation AAA de la dette française, voilà un but qui justifie tous les moyens, y compris les sacrifices humains.

C’est pour dénoncer ce type de folie que l’ancien secrétaire d’État chargé de l’action humanitaire et fondateur du Samu social de Paris Xavier Emmanuelli, annonce que, confronté à un manque de moyens et une situation budgétaire qui « n’est plus gérable », il démissionne de son poste.

En mai dernier, l’État français, qui finançait le Samu social à 92%, prenant prétexte du temps clément, avait annoncé une réduction drastique des moyens alloués à l’hébergement d’urgence. Ainsi, le Samu social a vu le nombre de nuits financées en hébergement hôtelier amputé de 25%.

C’est en 1992, lors de consultations au Centre d’hébergement et d’assistance aux personnes sans abris de Nanterre dans les Hauts-de-Seine, que le docteur Xavier Emmanuelli avait eu l’idée d’appliquer aux problèmes sociaux les méthodes de « l’urgence » médicale en créant le 22 novembre 1993 les premières « équipes mobiles d’aide » du Samu social de Paris, chargées d’aller à la rencontre des sans-abri.

Aujourd’hui, dit-il dans un entretien avec Charlie Hebdo, « l’urgence sociale, personne n’y croit ( …) C’est comme dans le dessin animé de Tex Avery, tout le monde se refile le bâton de dynamite avant qu’il pète. On est dans le ’c’est pas moi, c’est toi’ : c’est du ressort de l’État, non, c’est celui de la mairie. Ils se tirent dans les pattes, ils n’ont pas les mêmes objectifs, c’est à celui qui ne paiera pas ou, au contraire, qui se dira le plus généreux », affirme le docteur Emmanuelli.

Alors qu’il manque, en Ile-de-France, 13 000 places d’hébergement et de logement d’insertion, les réductions des crédits de l’État affectés au SAMU social auront des conséquences tragiques : si l’État ne revient pas sur ces dispositions, 15 000 personnes se retrouveront à la rue dès le mois d’août.

La décision n’est pas seulement abjecte mais stupide, car comme premier résultat, les services des urgences hospitalières ont été pris d’assaut par des familles pauvres. Entre le 15 mai et le 4 juillet, soit six semaines, ce ne sont pas moins de 3 à 4 familles par jour qui frappent à la porte des urgentistes pour demander le vivre et le couvert.

Voir le commentaire

  • petite souris • 20/07/2011 - 22:08

    Monsieur Emmanuelli a malheureusement raison.

    Mettre les gens à la rue, les faire crever de faim et de froid à l’hiver qui vient
    .... pour conserver un AAA !!!
    ..... n’a pas de qualificatif en français.

    ................et nos dirigeants sont des jean-foutre !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide