Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pour une nouvelle alliance transatlantique

La rédaction
visites
814

Se référant au « séisme politique » qui secoue l’administration Bush-Cheney à Washington, Helga Zepp-LaRouche, présidente du Mouvement des droits civiques-Solidarité (BüSo) en Allemagne, a lancé le 21 octobre un appel à une redéfinition des relations entre l’Europe et les Etats-Unis, basées sur le meilleur de leur tradition historique.

Depuis que l’administration Bush-Cheney est au pouvoir, ces relations se sont fortement détériorées, tant dans les domaines politiques et stratégiques que sur le plan économique. « En raison des agissements des néo-conservateurs américains, les relations transatlantiques touchent le fond et l’image des Etats-Unis n’a jamais été aussi mauvaise dans l’opinion publique », écrit Zepp-LaRouche. Etant donné la paralysie des dirigeants politiques en Allemagne, mais aussi ailleurs en Europe, il est donc plus qu’urgent de reformuler les relations de part et d’autre de l’Atlantique sur une base saine.

Il serait cependant dangereux pour les Européens d’envisager d’autres arrangements avec des partenaires du continent eurasiatique, excluant les Etats-Unis. Au contraire, la relation euro-américaine doit être redéfinie en renouant avec les traditions politiques, économiques et culturelles les plus élevées des deux côtés de l’Atlantique. Pour les Etats-Unis, c’est celle de la Constitution américaine, du « système américain » d’Hamilton et Carey et du New Deal de Franklin Roosevelt ; pour l’Allemagne, l’héritage des classiques allemands (Leibniz, Schiller, Beethoven) et les politiques économiques de Lautenbach, Woytinski, Tarnow et Baade.

En un certain sens, la situation stratégique actuelle ressemble à celle du début des années 80, quand l’Allemagne risquait de devenir le champ de bataille nucléaire du conflit Est-Ouest. L’anti-américanisme en vogue en Europe, avec ses dangereuses tendances naïvement pro-soviétiques, provoquait en retour des sentiments anti-européens aux Etats-Unis. La politique d’initiative de défense stratégique de Lyndon LaRouche, ainsi que la fondation de l’Institut Schiller en 1984, offraient une porte de sortie de ce piège stratégique.

Il s’agissait, déjà à l’époque, d’instaurer une nouvelle communauté de principes servant de socle à une mission constructive d’une alliance transatlantique. Un des principes centraux défendus depuis lors par l’Institut Schiller est l’idée de l’obligation, pour tout gouvernement, de défendre l’intérêt général. C’est un enjeu très actuel au moment où les chimères des néo-conservateurs s’effondrent en Amérique comme en Europe, notamment en Allemagne. Il reste à donner à cette nouvelle alliance une vision et une mission communes, incluant la lutte contre le chômage de masse, la pauvreté et d’autres aspects de la dépression économique globale, ainsi que l’établissement d’un nouveau système de Bretton Woods.

Contactez-nous !