Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pourquoi Obama ne peut pas gagner

La rédaction
visites
2180
commentaire

25 avril 2008 (LPAC) – Le chroniqueur américain Paul Krugman écrivait dans le New York Times du 25 avril que malgré « un énorme avantage financier et le soutien de la plus grande partie de l’establishment démocrate », Barak Obama « ne parvient pas à remporter le vote de la classe ouvrière », et de ce point de vue, « il pourrait très bien perdre face à John McCain. »

Krugman interroge : « Que signifie la rhétorique aérienne de M. Obama pour des familles touchées par de faibles salaires, l’insécurité de l’emploi et la peur de perdre leur couverture maladie. La réponse, depuis l’Ohio et la Pennsylvanie, semble très claire : pas grand-chose… Je sais qu’il y a beaucoup de propositions politiques sur le site de campagne d’Obama. Mais aborder les préoccupations réelles des ouvriers américains n’est pas le thème central de sa campagne. »

{}

Ce désintérêt pour les classes populaires, ou « peuple invisible » comme l’appelle Hillary Clinton, a été confirmé par le stratège en chef de la campagne d’Obama, David Axelrod, lors d’une interview donnée à la radio publique nationale américaine, NPR, après la défaite de son candidat en Pennsylvanie, mardi dernier. Interrogé sur le vote des ouvriers pour Mme Clinton, il répond :« La classe ouvrière blanche a voté pour le candidat républicain depuis plusieurs élections, même depuis les années Clinton. Ce n’est pas nouveau que les candidats démocrates ne compte pas seulement sur ces votes. »

{}

C’est vrai que depuis les années Clinton la « stratégie » élitiste du Parti démocrate (comme le Parti Socialiste en France d’ailleurs) a porté ces fruits. Heureusement, certains semblent très bien se rappeler des « années Clinton »…

Contactez-nous !

Don rapide