Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pourquoi la loi sur la santé d’Obama est une imposture

La rédaction
visites
1925

Le 9 novembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Samedi soir, suite à une vaste campagne de pressions et d’intimidations de la part de Nancy Pelosi, la Chambre des représentants des Etats-Unis a adopté par 220 votes contre 215, un premier texte (House Resolution 3962 - Affordable Health Care for America Act, 2000 pages) présenté partout comme un grand pas en avant vers une couverture santé universelle.

Rien n’est plus faux, affirme l’ancien candidat démocrate progressiste, Dennis Kucinich, qui milite depuis longtemps pour une couverture maladie pour tous. Dans une déclaration publique Kucinich a tenu à s’expliquer.

Pourquoi j’ai voté NON

(Extraits)

On nous a fait croire que les choix pour notre système de santé ne peuvent se faire qu’à l’intérieur du système actuel, prédateur, orienté vers le profit et qui fait de l’argent en refusant les soins. On ne peut pas accuser les compagnies d’assurance d’être ce qu’elles sont. Mais nous pouvons mettre en accusation une législation où le gouvernement promeut la poursuite et même le renforcement d’une industrie des soins médicaux orientée vers l’argent, la source même du problème. Quand les compagnies d’assurance refusent les soins ou augmentent les cotisations, elles ne cherchent qu’à faire de l’argent. Ainsi fonctionne notre système.

Clairement, les compagnies d’assurance ne sont pas la solution mais plutôt le problème. Elles font grimper les coûts du système de santé. En laissant traîner le plus possible les factures, elles obligent les hôpitaux et les médecins à s’équiper de leur propre bureaucratie pour combattre les compagnies d’assurance et éviter de se retrouver à payer les factures à leur place. Il en résulte que depuis 1970, alors que le nombre de médecins n’a fait que tripler, le nombre des administrateurs s’est accru de 3000%. Ce n’est donc guère étonnant que 31 cents de chaque dollar dépensé pour la santé partent dans des frais administratifs plutôt que dans des soins. Même ceux qui disposent d’une assurance sont en danger. La première cause des faillites personnelles aux Etats-Unis sont les assurances maladies qui ne prennent pas en charge vos soins quand vous tombez malade.

Cependant, au lieu d’avancer vers une politique qui élimine les assurances orientées vers le seul profit, la HR 3962 instrumentalise l’Etat pour accélérer la privatisation de la santé. Par cette loi, l’Etat exige de 21 millions d’Américains qu’ils prennent une assurance santé privée auprès de ceux qui sont la cause de l’emballement des coûts. Cette mesure va rapporter au moins 70 milliards de dollars de revenus annuels supplémentaires à ces compagnies, et qui sortent pour l’essentiel de la poche du contribuable. Cela conduira forcément à encore plus de dépenses et encore plus de subventions et des profits toujours plus élevés pour les compagnies d’assurance. Il s’agit d’une espèce de renflouement au nom de la santé.

{}

L’explosion récente des chiffres du chômage indique le gouffre grandissant entre l’économie financière et l’économie réelle. L’économie financière voit la santé de Wall Street, le profit des grandes entreprises et la collecte de cash par les banques, comme un signe d’une reprise économique. Cependant, dans l’économie réelle, dont la plupart des Américains dépendent, la récession n’est pas terminée. La hausse du chômage, les faillites des entreprises, les banqueroutes et les saisies de logements continuent à écraser Main Street [l’homme de la rue - ndlr].

{}

Cette loi HR 3962 continue à redistribuer la richesse vers Wall Street, aux dépens de l’économie manufacturière et des services qui souffrent de dépenses que d’autres pays ne doivent pas assumer, en particulier le coût des soins de santé. L’Amérique continue à être l’exception parmi les pays industrialisés pour son système de santé privatisé. Au final, nous sommes moins compétitifs dans le domaine de l’acier, de l’automobile, de l’aéronautique et de la construction maritime tandis que les autres pays du monde subventionnent leurs exportations dans ces secteurs en socialisant les coûts de la santé.

{}

En dépit de ce qu’adviendra la HR 3962, l’Amérique finira un jour par reconnaître les avantages sociaux et économiques évidents d’une couverture médicale universelle car elle est bonne pour le peuple américain et bonne pour les entreprises, à part évidemment l’exception que sont les compagnies d’assurance et les cartels pharmaceutiques.

Le texte complet de Kucinich est disponible en anglais ici


A lire : La réforme de la santé d’Obama : bonne pour les sociétés d’assurance maladie, mortelle pour les pauvres et les vieux


Contactez-nous !