www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Pourquoi nous refusons la ratification du « pacte budgétaire » (TSCG)

La rédaction
870 visites | 2 commentaires

12 juin 2012 (Nouvelle Solidarité) — Dès la fin des élections législatives, le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), appelé aussi « pacte budgétaire », sera soumis à ratification en France.

Le TSCG devra être ratifié aux deux tiers par les députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles, ou par l’organisation d’un référendum, car il modifiera la Constitution.

Etabli sous sa forme définitive lors du Conseil informel du 30 janvier 2012, le traité a été signé par les chefs d’Etat lors du sommet du 2 mars 2012. Outre l’infâme règle d’or qui dicte un équilibre budgétaire rigoureux et la limitation du déficit structurel à 0,5 % du PIB, il exige des Etats un abandon sans précédent de leur souveraineté par la mise en place d’un mécanisme de correction automatique sous contrôle de la Cour de justice européenne.

Rappelons que le TSCG n’a été adopté que pour rendre crédible aux yeux des marchés financiers le Mécanisme européen de stabilité (MES), le fonds de renflouement qui doit remplacer le Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Ses statuts lui accordent des pouvoirs dictatoriaux. L’article 9, 3 dicte que ses membres « s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à honorer sur demande tout appel de fonds adressés à eux par le Directeur général en vertu de cet alinéa, et ce dans les sept jours après réception. »

L’article 27,2 lui accorde l’immunité juridique. Le MES « aura la pleine capacité juridique d’ester en justice » et 3 : « Le MES, ses biens, ses financements et ses avoirs, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le détenteur, bénéficiera de l’immunité de toute forme d’action en justice. »

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 12 juin 2012 à 23:30
    par petite souris

    Ses statuts lui accordent des pouvoirs dictatoriaux . L’article 9, 3 dicte que ses membres « s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à honorer sur demande tout appel de fonds adressés à eux par le Directeur général en vertu de cet alinéa, et ce dans les sept jours après réception. »

    L’article 27,2 lui accorde l’immunité juridique. Le MES « aura la pleine capacité juridique d’ester en justice » et 3 : « Le MES, ses biens, se financements et ses avoirs, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le détenteur, bénéficiera de l’immunité de toute forme d’action en justice. »

    C’est très clair en effet !

    Donc en toute logique il devrait y avoir un referendum .................

    Mais avec le Sénat et l’Assemblée à gauche, Hollande utilisera le vote du parlement .... pour des raisons d’économie budgétaire !

    ......on prend les paris ?

    • Le 20 juin 2012 à 17:16
      par POULAIN

      Hollande n’utilisera pas le référendum.Il a de mauvais souvenirs ceux de 2005,les français avaient rejeté la constitution européénne(Hollande avait appelé à votre OUI.)
      La seule solution c’est le vote du Congrès(3/5 de l’Assemblée Nationale+Sénat)et là Hollande n’a pas la majorité suffisante.
      Alors des arrangements sont possibles entre UMP et PS

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet