Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Poutine appelle à des investissements dans l’infrastructure et l’industrie

La rédaction
visites
630

Du message annuel du président russe à l’Assemblée fédérale le 27 avril, la presse internationale a surtout retenu certains aspects de sa politique étrangère. Or, l’essentiel de son discours était consacré à des programmes économiques et sociaux qu’il considère

EIRNS

Du message annuel du président russe à l’Assemblée fédérale le 27 avril, la presse internationale a surtout retenu certains aspects de sa politique étrangère, notamment la perspective de « déclarer un moratoire sur la participation de la Russie au Traité sur les forces conventionnelles en Europe » (FCE) et sa dénonciation des ingérences étrangères dans la politique intérieure de son pays.

Or, l’essentiel de son discours était consacré à des programmes économiques et sociaux qu’il considère comme des tâches prioritaires, tels qu’un deuxième canal Volga-Don ou encore une campagne nationale pour réorganiser le système bibliothécaire du pays. Il a également évoqué une possible rupture avec les règles du monétarisme et de la mondialisation qui entravent le développement de la Russie depuis quinze ans, remettant par exemple en cause le Fonds de stabilisation, créé en 2002 suivant le dogme qui veut que l’on réinvestisse les recettes pétrolières et gazières dans des obligations de gouvernements étrangers, pour éviter d’alimenter l’inflation par des investissements intérieurs.

« Aujourd’hui, la nature des problèmes économiques implique une correction du rôle et de la structure du Fonds de stabilisation, qui doit rester dans le cadre de la poursuite indiscutable d’une politique financière conservatrice », déclara le Président devant le Parlement.« C’est pourquoi, dans mon message sur le budget, j’ai proposé une nouvelle procédure pour l’utilisation des ressources financières découlant du pétrole et du gaz. » Désormais, les revenus pétrogaziers seront répartis en trois catégories, selon RIA Novosti : un Fonds de réserve servant à minimiser les risques en cas de chute des prix des matières énergétiques sur les marchés internationaux, une deuxième partie destinée à la réalisation de programmes sociaux et troisièmement, un fonds pour les générations futures. Ces ressources, estime Poutine, « doivent servir à augmenter la qualité de vie des gens et améliorer le bien-être de la génération actuelle comme celui des générations futures ».

Le président russe a précisé comment il comptait y arriver. « Certaines ressources devraient être dirigées dans la capitalisation d’institutions de développement, notamment la Banque de développement, le Fonds d’investissement, la Russian Venture Company, etc. Je propose de diriger 300 milliards de roubles [11,5 milliards de dollars] de cette manière, cette année encore, et d’anticiper une autre allocation de fonds dans le même but à l’avenir. » Quant aux projets devant être financés par les institutions de développement, ce sont ceux qui répondent aux tâches économiques les plus importantes : « D’abord l’élimination des contraintes infrastructurelles sur la croissance, deuxièmement, l’amélioration de l’efficacité de l’utilisation des ressources naturelles, et troisièmement, la modernisation et le développement de l’industrie à haute technologie ».

Poutine a également appelé à une « seconde électrification du pays », afin d’augmenter de 66 % la production d’électricité d’ici 2020. Pour ce qui est des centrales nucléaires, il prévoit la construction de 26 nouvelles au cours des 12 prochaines années, faisant appel aux technologies les plus modernes. Il propose aussi la création d’une nouvelle corporation spéciale intégrant les entreprises nucléaires travaillant en Russie et à l’exportation. Parmi les autres tâches mentionnées : amélioration du traitement des matières premières, dont les ressources minérales, promotion de l’« économie de l’innovation », investissements dans la recherche scientifique de base (Académie des sciences et d’autres centres) et les nanotechnologies.

Contactez-nous !