Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Poutine et la politique étrangère russe

La rédaction
visites
1061
commentaire

Le 27 juin, deux semaines avant le sommet du G-8 à Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine a pris la parole lors d’une réunion des ambassadeurs de la Fédération russe. Dans son discours, il a tracé les grandes lignes de sa politique étrangère.

Depuis l’effondrement de « l’ordre mondial bipolaire, la possibilité d’un conflit ne cesse d’augmenter ». Certains parlent d’un inévitable conflit de civilisations qui « pourrait bien prendre le chemin d’un affrontement à long terme sur le modèle de la Guerre froide ». Mais « la Russie refuse tout conflit. Nous ne prendrons part à aucune "Sainte Alliance". Nous soutenons toute initiative pour développer le dialogue entre civilisations. Tel est aussi le but du sommet mondial des chefs religieux qui aura lieu à Moscou. »

Sans mentionner la récente diatribe anti-russe de Dick Cheney en Lituanie, Poutine a poursuivi : « Pour être honnête, tout le monde n’est pas prêt à voir la Russie commencer à rétablir aussi rapidement sa santé économique et sa position sur la scène internationale. Certains nous voient encore à travers le prisme des préjudices passés et, comme je l’ai dit précédemment, considèrent comme une menace une Russie forte et revigorée. Ils sont prêts à nous accuser de relancer des ambitions "néo-impérialistes" ou, comme nous l’avons entendu récemment, de faire un chantage "à l’énergie". Nous proposons une autre voie - celle qui permettrait d’évaluer la politique étrangère de n’importe quel pays en fonction du droit international et d’un ensemble commun de critères universels. »

Quant aux vecteurs principaux de la politique étrangère russe, Poutine a souligné l’importance primordiale de la relation entre la Russie et les pays de la Communauté des Etats indépendants (anciens pays de l’URSS moins les pays Baltes), ainsi que la nécessité de bonnes relations entre pays voisins, tout en notant que le développement de « notre espace humanitaire commun » constitue un projet clé dans cette zone. Quant aux relations Russie-Europe, il les a qualifiées de « bonnes et dignes de confiance ». Sur les relations Russie-Etats-Unis, il y a encore beaucoup à faire : « Si nous voulons des changements positifs, les hommes politiques des deux pays doivent comprendre qu’un partenariat entre ces deux nations ne peut se construire que sur la base de droits égaux et du respect mutuel. »

Mais Poutine s’est surtout attaché à souligner les relations russo-chinoises et celles avec l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) : « Les liens amicaux de la Russie avec les peuples de la République de Chine sont globaux. (...) Notre tâche principale n’est pas de préserver ce que nous avons obtenu mais plutôt de faire de nouveaux pas en direction de l’expansion du partenariat entre la Russie et la Chine. Il est d’une importance fondamentale que le rythme et la teneur de notre partenariat reflète le développement rapide de nos deux pays, ainsi que les changements correspondants de position de nos nations dans la région et dans le monde en général. Nous continuerons à avancer dans cette coopération stratégique et à coordonner nos activités sur la scène internationale. L’Organisation de coopération de Shanghai est un excellent exemple de ce type de coopération multilatérale ; elle n’existe que depuis cinq ans mais parvient à résoudre efficacement d’importants problèmes économiques et de lutte contre le terrorisme. Nos relations avec l’Inde se distinguent par une approche similaire quant aux principales questions de politique mondiale. En même temps, nous devons prendre rapidement des mesures pour accroître de manière substantielle notre commerce, nos investissements et notre coopération dans le secteur de l’énergie et ailleurs, y compris la coopération technique militaire. »

Contactez-nous !

Don rapide