Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Poutine prend des mesures d’urgence contre l’inflation alimentaire

La rédaction
visites
1335

9 octobre 2007 (LPAC) - Après une réunion avec son cabinet, le président russe Vladimir Poutine a annoncé un plan d’action immédiate pour enrayer l’inflation rapide des prix de l’alimentaire. L’inflation en Russie, qui était déjà forte en 2006, s’accélère en 2007, avec une inflation moyenne de 7,5 %, mais avec de fortes disparités notamment dans l’extrême orient russe, où la dépendance extérieure et le coût du transport renforcent le phénomène. Le gouvernement russe va mettre en pratique des mesures visant à réduire la dépendance du pays sur les importations alimentaires qui sont fort coûteuses, mais aussi à accroître la production intérieure, et à accroître les tarifs douaniers pour dissuader les exportations. Poutine a exigé que ces mesures soient prises « sans délai ».

« Commençons par les indicateurs macroéconomiques et tout ce qui leur est relié, comme l’inflation et la hausse des prix. La hausse des prix, particulièrement pour les denrées alimentaires, devient objet d’inquiétude », lit-on sur le site de la présidence russe. La ministre de l’Economie Elvira Nabioullina a déclaré que c’est la hausse des prix agricoles sur les marchés mondiaux qui a causé l’inflation généralisée au mois de septembre. Elle a mentionné trois raisons principales à cette hausse des prix : la demande croissante de la Chine et l’Inde, la ruée sur les bio-carburants, et la baisse des stocks, voire même leur « abolition » dans certains cas. Le ministre de l’Agriculture Alexei Gordeyev a dit à l’agence Itar-Tass que la Russie allait réduire sa dépendance sur les importations alimentaires. La Russie importe 40 % de sa viande et 25 % de son lait.

L’afflux de capitaux et l’accroissement des réserves d’or et de monnaie nourrissent aussi l’inflation, a expliqué Elvira Nabioullina, et le gouvernement prévoit des mesures pour contrôler l’inflation, incluant une ordonnance pour accroître les taxes douanières sur le blé et l’orge, ainsi que les produits laitiers.

A lire : Le krach financier arrive dans les assiettes

Contactez-nous !