Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Poutine répond à la Grande Bretagne « Dieu merci, la Russie n’a jamais été une colonie britannique »

La rédaction
visites
1264

Le président Poutine a dénoncé de manière cinglante l’attitude de la Grande Bretagne dans l’affaire Litvinenko, qualifiant la proposition britannique de « vestige évident de la pensée coloniale »

24 juillet 2007 (LPAC) - Le président Poutine a dénoncé de manière cinglante l’attitude de la Grande Bretagne dans l’affaire Litvinenko, qualifiant la proposition britannique de « vestige évident de la pensée coloniale ». La Grande Bretagne suspecte un citoyen russe, Andreï Lougovoï, du meurtre de l’ex agent du KGB Alexander Litvinenko à Londres, et demande son extradition. La Constitution russe interdisant une telle procédure pour ses citoyens, l’ambassadeur britannique à Moscou, Sir Anthony Brenton, est allé jusqu’à recommander de manière provocatrice que la Russie modifie sa Constitution.

La Grande Bretagne a utilisé le meurtre de Litvinenko, dont l’enquête a soulevé plus de questions qu’elle n’en a résolues, comme prétexte pour procéder à l’affrontement contre la Russie, prévu dans les plans de Cheney. « Ils proposent de changer notre Constitution, c’est insultant pour notre nation et notre peuple » a dit Poutine le 24 juillet. « C’est leurs cerveaux qu’il faut changer, pas notre constitution. Ce qu’ils avancent est un vestige évident de la pensée coloniale (...) Ils ont dû oublier que la Grande Bretagne n’est plus une puissance coloniale. Ils n’ont plus de colonie, et Dieu merci, la Russie n’a jamais été une colonie britannique. Ils s’insultent eux-mêmes en nous donnant ce type de conseil, démontrant qu’ils pensent dans les termes du siècle passé, voire même du siècle précédent. »

Comme l’a rapporté l’agence russe RIA Novosti, Poutine a soulevé l’hypocrisie des plaintes britanniques contre les manquements russes à extrader Lougovoï. Poutine a expliqué que la Grande Bretagne héberge toujours trente personnes recherchées en Russie pour des accusations graves « dont des individus suspectés ou accusés d’activités terroristes, mais qu’en même temps, ils font des réclamations à d’autres pays et donnent des recommandations insultantes pour changer la Constitution. Des partenaires méritent un plus grand respect ».

Suivre le fil stratégique sur la Russie >>ici<<

Contactez-nous !