Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Poutine va-t-il rompre avec les réformes économiques libérales ?

La rédaction
visites
905
commentaire

Depuis la participation du président russe Vladimir Poutine au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) au Brunei, il y a deux semaines, on croit apercevoir un changement de sa position vis-à-vis de la politique de réformes économiques libérales du gouvernement Kasianov-Gref.

Signalons à cet effet différentes propositions d’accords de « commerce dirigé » avec l’Asie et l’Europe occidentale, portant notamment sur l’infrastructure et des technologies de pointe. De même, il semble se rendre mieux compte de l’effondrement financier international en cours et de la situation économique et sociale dramatique en Russie même. Cette dernière est illustrée par la condition lamentable de l’Armée et les pénuries d’énergie qui risquent de provoquer des explosions sociales en ce début de saison hivernale.

Dans ce contexte, le Président russe a exprimé, en public, son irritation, voir sa colère, vis-à-vis de la politique du gouvernement, laissant pour la première fois entendre qu’il pourrait remercier d’importants ministres, comme le premier ministre Kasianov ou le ministre des Finances Koudrine.

Dans un discours prononcé à Novosibirsk, le Président russe a regretté que « pendant dix ans, la Russie n’ait fait aucun effort sérieux en matière de prévision économique », qu’on peut interpréter comme une attaque implicite contre les réformateurs libéraux qui ont dirigé la politique économique de la Russie depuis une décennie. Pour y remédier, a-t-il précisé, cette tâche sera confiée au Conseil d’Etat nouvellement créé, qui réunit des représentants du gouvernement central et des gouvernements régionaux. Depuis cette déclaration, la presse abonde en spéculations sur la possibilité que d’importantes décisions politiques soient désormais prises par le Conseil d’Etat à la place du cabinet Kasianov.

Le 22 novembre, lors de la première réunion du Conseil d’Etat, présidée personnellement par Vladimir Poutine, l’ordre du jour était dominé par un mémorandum sur « La stratégie de développement de l’Etat russe jusqu’en 2010 », co-signé par Sergei Glaziev, économiste de l’école dirigiste. Ce document avait été préparé sous les auspices de Viktor Ichaiev, maire de Khabarovosk, dans la région stratégique de l’extrême-orient russe, située sur la ligne du Transsibérien près de la frontière avec la Chine. De toute évidence, Poutine est plus à l’écoute des voix provenant de l’extrême-orient russe et de Sibérie, où la politique de Glaziev rencontre un soutien politique conséquent.

Bien entendu, des porte-parole du gouvernement se sont empressés de déclarer que le document d’Ichaiev constituait un « complément » au programme de réforme libérale du ministre de l’Economie German Gref, sans le « contredire ». Mais dans un commentaire fait le 24 novembre lors la réunion du Conseil d’Etat, Glaziev a sévèrement critiqué la politique budgétaire du gouvernement qui, dit-il, est conçue « dans l’intérêt de ceux qui contrôlent les secteurs des matières premières aujourd’hui et des spéculateurs financiers qui transfèrent un demi milliard de dollars par mois hors de Russie, alors que 40 % des dépenses du budget fédéral servent à payer les intérêts sur la dette de l’Etat ». Selon lui, la présentation du mémorandum d’Ichaiev au Conseil d’Etat signifie que « pour la première fois, à un si haut niveau de l’Etat, (...) des conceptions scientifiques sur le développement économique russe » ont été discutées.

Contactez-nous !

Don rapide