Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Première : une dirigeante socialiste prend le Général de Gaulle comme référence politique

La rédaction
visites
671
commentaire

Ségolène Royal, vers la fin de son discours du 1er Mai, au stade Charléty, prenait le Général de Gaulle, ainsi qu’André Malraux et François Mauriac comme références politiques, plutôt osé pour une Socialiste en pleine campagne présidentielle :

Ségolène Royal, vers la fin de son discours du 1er Mai, au stade Charléty, prenait le Général de Gaulle, ainsi qu’André Malraux et François Mauriac comme références politiques, plutôt osé pour une Socialiste en pleine campagne présidentielle :

« Et (...) quand j’entends le candidat de la droite en appeler à la majorité silencieuse, habileté qu’ont dû lui souffler les conseillers ex-soixante-huitards, sans doute, qui l’entourent : il veut sans doute re-défiler sur les Champs-Élysées. Mais le Palais Omnisport de Bercy, ce n’est pas la remontée des Champs-Élysées. Doc Gynéco, ce n’est pas André Malraux ! François Mauriac, ce n’est pas Bernard Tapie ! Et Monsieur Sarkozy, ce n’est pas le Général de Gaulle !

Alors il faut garder son calme, son sang-froid et réformer la France avant qu’elle ne se soulève. La société d’alors [de 1968-NdlR] voulait le dialogue et la participation, on lui a répondu par la force ; et que le candidat de la droite relise donc le Général de Gaulle ! Ce sont ses propres analyses et elles se situent - reconnaissons-le - à une autre altitude. Il a dit cela après avoir compris ce qui s’était passé. Il a dit cela... la société voulait le dialogue et la participation et on a voulu lui répondre par la force. »

Depuis longtemps, nous espérons voir la rencontre des grands courants, souvent absents de la scène officielle et qui pourtant sont le cœur battant de ce pays : le socialisme républicain, le radicalisme progressiste, le gaullisme patriote et le christianisme social. Voilà que cela pourrait enfin s’annoncer !

La mèche a évidemment besoin d’huile... Ségolène Royal doit absolument, avec d’autres, mobiliser les Français autour d’un projet audacieux de remise en cause de l’ordre financier et militaire dominant pour travailler à l’élévation « de chaque individu de l’espèce humaine à la dignité d’homme, » un projet de développement mutuel que nous défendons ici avec un acharnement certain.

Contactez-nous !

Don rapide