Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Présentation historique d’un militant de la paix syrien à la Knesset

La rédaction
visites
696

Pour la première fois dans son histoire, le Parlement israélien a entendu un message de paix en provenance de Damas. Ibrahim Suleiman, un natif syrien naturalisé américain, et le Dr Alon Liel, ancien haut fonctionnaire du ministère israélien des Affaires étrangères, ont informé la commission de la Défense et des Affaires étrangères de la position du gouvernement syrien.

« La Syrie est prête à parler de paix, déclara Suleiman lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion. Je mets au défi le gouvernement israélien de répondre à l’appel de paix du président Bachar et de s’asseoir [autour de la même table]. Je pense que cela peut arriver dans les six [prochains] mois. »

Ibrahim Suleiman et Alon Liel ont tous deux informé la Commission de la Knesset des entretiens secrets qu’ils avaient tenus entre 2004 et 2006. Le premier, qui serait en bonnes relations avec la famille Assad, a présenté différentes possibilités pour un accord prévoyant la restitution à la Syrie du plateau du Golan en échange d’un accord de paix complet, de la normalisation des relations et d’une coopération économique. Il aurait également précisé que le président Assad avait nommé un comité chargé de conduire des pourparlers avec Israël, dirigé par un général de l’Armée syrienne. En outre, il a transmis des messages venant du ministre syrien des Affaires étrangères Walid Moallem.

« Je crois, dit Suleiman, que seules des négociations secrètes entre Israël et la Syrie, loin des yeux des médias, mèneront à la paix ». Remerciant la Commission pour son invitation, il s’est dit « très content d’être venu. J’espère que les deux côtés commenceront à se rencontrer et que nous, en tant que canal privé, pourrons disparaître. Ma présence ici rend tout cela possible. »

Pendant son séjour, Suleiman a également passé une soirée avec un groupe d’Israéliens favorables à la paix avec la Syrie et s’est entretenu avec des représentants de la Fondation de coopération économique, un institut profondément impliqué dans le processus de paix informel, dirigé par Yossi Beilin, le président du Parti Meretz-Yahad.

Cependant, ni le ministère des Affaires étrangères ni le bureau du Premier ministre ne l’ont reçu, de peur de donner l’impression de négocier. Sa visite avait été précédée par celle de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, qui a profité de sa présence en Israël et en Syrie pour promouvoir la paix entre les deux pays - s’attirant les foudres du vice-Président Dick Cheney. Mme Pelosi a balayé ses attaques d’un revers de la main, mais apparemment, le Premier ministre Ehoud Olmert a préféré éviter ce genre de reproche.

Contactez-nous !