Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Présidentielles états-uniennes : stopper l’option fasciste

La rédaction
visites
1127
commentaire

Le 13 f&eacutevrier 2008(LPAC) - Comme Lyndon LaRouche le souligne depuis des mois, l’intention de l’oligarchie financière internationale est d’installer un gouvernement fasciste aux Etats-Unis en janvier 2009, et son candidat préféré pour le diriger est le maire de New York, Michael BLOOMBERG. Plusieurs options sont possibles : il pourrait se présenter comme indépendant après que les autres favoris auront été discrédités, ou faire équipe avec le républicain John MCCAIN.

Ce qui est certain, c’est qu’au milieu du pire krach financier de l’histoire moderne, l’oligarchie financière centrée à Londres est déterminée à empêcher l’émergence d’un dirigeant politique d’inspiration rooseveltienne, qui se mette en travers de son projet de fascisme corporatiste, à l’instar du président Franklin Roosevelt dans les années 1930.

Tel est aujourd’hui l’enjeu principal de la politique américaine. C’est pourquoi Lyndon LaRouche a engagé l’ensemble de son mouvement politique à mobiliser toutes ses forces pour démolir dès maintenant cette opération fasciste Bloomberg. Des déploiements renforcés sont prévus dans les trois grands Etats où les primaires n’ont pas encore eu lieu (Texas, Ohio et Pennsylvanie) et un tract dénonçant cette opération est diffusé à travers tout le pays (voir ici). Il s’agit de briser le silence des médias sur cette menace que beaucoup de gens, même parmi ceux qui reconnaissent la justesse des prévisions de LaRouche sur l’effondrement financier, ne prennent pas encore au sérieux. Ils s’efforcent de croire que « ça ne pourrait jamais arriver ici ». Qu’ils se détrompent !

Il suffit de voir les opérations médiatiques dévastatrices lancées contre Hillary CLINTON, qui représente le plus grand potentiel d’un sursaut de type rooseveltien. Mais elle ne se laisse pas faire. Sa campagne vient de lancer de nouveaux spots la présentant comme la seule candidate capable de faire face aux besoins des millions d’Américains « sans voix », menacés d’une saisie de leur logement, dépourvus d’assurance maladie et victimes d’une « économie en chute libre ».

Cela fait des semaines que les médias, y compris en Europe, proclament que sa campagne est au bout du rouleau et que Barack Obama sera le vainqueur démocrate (les conservateurs estiment pour leur part qu’il serait plus facile de battre ce dernier que Mme Clinton). Le Wall Street Journal du 8 février a déploré à nouveau qu’Hillary Clinton soit contre le libre échange et l’ALENA, tandis qu’Obama a une position plus mitigée. Il est cependant très vulnérable. Même avant les résultats du super mardi (5 février), deux journaux britanniques, l’Independent et le Guardian, ont mis en avant ses liens avec l’homme d’affaires véreux de Chicago, Tony REZKO (voir ici). En vingt-quatre heures, ces révélations étaient reprises dans certains médias américains, notamment l’Associated Press. Le message : ceux qui ont monté Obama en épingle peuvent le descendre aussi facilement.

Ceci ouvrirait la voie à l’option Bloomberg, assortie d’une austérité schachtienne contre la population, du bradage de l’infrastructure et de la privatisation de certaines fonctions du gouvernement et de l’Armée.

Contactez-nous !

Don rapide