www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Pressions de sénateurs italiens pour que les démocrates destituent Cheney (suite)

La rédaction
935 visites

Aujourd’hui, Nancy Pelosi, John Conyers, Michael Capuano, Diane Watson, Charles Rangel et Jesse Jackson ont trouvé sur leurs bureaux 14 télécopies du Sénat italien leur demandant

1er Août 2007 (Nouvelle Solidarité) - Aujourd’hui, Nancy Pelosi, John Conyers, Michael Capuano, Diane Watson, Charles Rangel et Jesse Jackson ont trouvé sur leurs bureaux 14 télécopies du Sénat italien leur demandant de joindre leur signature à la résolution 333 de Kucinich permettant une procédure de destitution contre Cheney. Les fax (en italien) étaient accompagnés d’une lettre de présentation en anglais écrite par Liliana Gorini, la présidente de notre parti frère en Italie, le Movimento Solidarièta. La lettre fut co-signée par la sénatrice Lidia Menapace (en photo ci-dessus) qui a réuni les treize autres signatures auprès de ses collègues au Sénat.

« Nous sommes très inquièt que Cheney lance une guerre contre l’Iran ce qui engagerait immédiatement l’Italie à cause de la base aérienne d’Aviano » disait la sénatrice à Mme Gorini qui a relayé ce message par téléphone, au nom de la sénatrice, aux différents assistants des membres du Congrès mentionnés ci-dessus, en commençant avec le bureau de Nancy Pelosi. Deux assistants ont positivement réagi à l’appel intercontinental de Milan qui les a pris par surprise. L’assistant de Diane Watson disait : « Evidemment, nous savons que les européens s’inquiètent, merci encore. » Interrogé sur combien de signatures manquaient à l’appel pour lancer la procédure de destitution, l’assistante de Conyers disait « Je ne suis pas sûre que ça puisse se faire avant les vacances, je pense qu’il en manque deux », mais il était heureux d’apprendre qu’une sénatrice italienne soutenait l’initiative tout en assurant qu’elle allait immédiatement en informer Conyers. Le bureau de Pelosi disait qu’il allait immédiatement transmettre les télécopies à la chef du groupe démocrate à la Chambre, peu importe si cela faisait quatorze pages. Aussi le bureau de Jesse Jackson a exprimé un « grand merci. »

Le fax des 14 signataires se lit comme suit :

« Cher représentant, »

« Je saisi cette occasion extraordinaire pour vous contacter en tant que représentante de la population italienne, et je vous demande de co-sponsoriser immédiatement la motion de Dennis Kucinich (House Resolution 333) afin de mettre en accusation [impeach] le vice-président américain Dick Cheney. Cette motion appelle à une mise en accusation [de Cheney] pour « hauts crimes et délits” [tel que spécifié dans l’article II, section 4 de la constitution américaine], et pour lesquels les preuves abondent. »

« Le fait est que c’est seulement en forçant le départ de Cheney, que le monde pourrait s’assurer d’éviter [un scénario] des “Canons d’août” attaquant l’Iran. Nous sommes conscients qu’à l’heure actuelle quatre groupes aéroportés se trouvent dans la proximité de l’Iran ; que des avions de combat américains se regroupent en Irak, et que des bombardiers sont en mouvement à partir de la base de Diego Garcia. Nous trouvons tout à fait crédible ce qu’écrivent certains journalistes qui pensent que Cheney a le dessus sur Bush et qu’il est plein de détermination pour lancer cette guerre avant la fin de son mandat. »

« En Europe, nous avons une expérience directe des destructions inestimables causées par deux guerres mondiales. Nous vous demandons expressément de signer sans tarder la législation nécessaire pour destituer Dick Cheney afin d’empêcher un désastre pour l’humanité. »

« Avec ma signature, je demande aux membres du Congrès d’adosser leurs noms à la résolution 333 de Kucinich pour la destitution de Cheney : »

1. Sen. Lidia Menapace, Commission de la Défense, présidente de la Commission d’Enquête sur l’Uranium appauvri, Parti pour la Refondation Communiste/Gauche Européenne (PRC/SE)

2. Sen. Annamaria Palermo, Commission des Infrastructures, PRC-SE

3. Sen. Rina Gagliardi, Commission de l’Education, PRC-SE

4. Sen. Claudio Grassi, Commission des Affaires Constitutionnelles

5. Sen. Giovanna Capelli, Commission de l’Education

6. Sen. Olimpia Vano

7. Sen. Maria Celeste Nardini, Commission de l’Agriculture

8. Sen. Josè Luiz Del Raio, Commission des Affaires Etrangères, Conseil de l’Europe

9. Sen. Salvatore Allocca, du groupe PRC-SE

10. Sen. Erminia Emprin Gilardini, Commission de la Santé

11. Sen. Salvatore Bonadonna, sénateur.

12. Sen. Fosco Giannini, Commission de la Défense

13. Sen. Giovanni Confalonieri, PRC-SE

14. Sen. Giuseppe Di Lello, sénateur

Brève contenue dans : Cheney, destitution ou démission ?

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet