Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Prévision sismique : interviews avec Francesco Biagi et Yasuhide Hobara

La rédaction
visites
867

21 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) – Lors du Congrès annuel des géosciences à Vienne, nos camarades présents sur place ont rapporté l’état avancé d’une science de la prévision des grands séismes, notamment en interviewant le chercheur russe Sergueï Pulinets, directeur du Centre moscovite de suivi ionosphérique à l’Institut Fiodorov de géophysique appliquée. Ce dernier a mis en évidence que la simple collecte des données satellites mondiale en temps réelle, qui pourrait être effectuée par une équipe d’une dizaine de chercheurs, suffirait déjà à établir des bulletins d’alerte à disposition des autorités politiques des pays concernés.

Une nouvelle interview vient d’être publiée avec le professeur Francesco Biagi de l’Université de Bari, dont les équipes avaient détecté les signes avant-coureurs au séisme japonais de Tohoku dix jours à l’avance. Dans cet entretien, Biagi fait état du délaissement politique dont la prévision sismique est l’objet. Pour établir un simple réseau européen de détection au sol des anomalies sur les ondes radios, qui ne nécessitait que 100 000 euros d’investissement, lui et ses collègues ont dû s’endetter auprès de banques privées ! S’il y avait du crédit pour la recherche, un simple système de satellites à faible coût leur permettrait d’aller plus avant dans le processus de détection. Il a également exprimé son accord avec les hypothèses concernant l’influence et les variations de l’activité solaire sur l’activité sismique terrestre.

Nos camarades ont également interrogé le chercheur japonais Yasuhide Hobara, de l’Université d’électro-communication de Tokyo, qui montre les anomalies sur les ondes radio très basses fréquences détectées avant le séisme de Tohoku qui a coûté la vie à 20 000 personnes.

Hobara explique qu’en dix ans, lui et ses collègues ont mis en place cinq stations de détection des ondes radio mesurant les variations d’activité dans l’ionosphère. Ils procèdent également à la mesure de l’amplitude moyenne, de la distorsion des fréquences et des baisses de l’amplitude nocture. A partir de ces données, Hobara montre des changement d’attitude dans les mesures effectuées avant le séisme de magnitude 9.

Hobara rapporte également que le coopération internationale entre chercheurs avance, notamment avec l’Europe mais également avec des chercheurs brésiliens spécialisés dans la radioastronomie. Il y a aussi un grand intérêt en Inde où plusieurs centres de recherche travaillent sur le passage de la détection des signes avant-coureurs à la prévision des séismes. Mais il déplore que les financements ne suivent pas, malgré que l’on touche ici à des questions de sécurité nationale. Toutefois, il se dit confiant que s’il y a financement, il y aura des résultats.

Comme Biagi, bien que ce ne soit pas son champ d’investigation, il a exprimé son accord avec l’idée que les phénomènes solaires et galactiques influent sur la sismicité de la Terre, d’autant qu’aucune réponse n’a pour l’instant été apportée à la question des déclencheurs de séismes. Pour cela, a-t-il dit, il faut mettre en place les systèmes spatiaux de détection adéquats et travailler sur le long terme.


A lire :


Contactez-nous !