Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brève

Prévision sismique : la Russie prend la tête de la coopération internationale

La rédaction
visites
1046

12 mai 2011 (Nouvelle Solidarité) – Alors que l’obscurantisme vert poussé par Londres veut nous faire accepter que l’homme ne peut pas comprendre et améliorer l’univers, la Russie prend la tête de la coopération pour une science de la prévision sismique. C’est sous le titre « Précurseurs sismiques » que la radio publique Voix de la Russie rapportait le 9 mai que des experts russes et étrangers allaient, ensemble, entreprendre des recherches sur les signes avant-coureurs aux grands séismes. Côté européen, c’est l’Allemagne, l’Italie et la Turquie qui prendront part au projet. La NASA et la Grèce sont membres associés. La Russie est représentée par la compagnie des Systèmes Spatiaux Russes (Russians Space Systems – spécialisée dans la télédétection spatiale), l’Institut Pushkov de l’Académie des sciences (Magnétisme terrestre, ionosphère et propagation des ondes radio) et l’Institut Fiodorov de géophysique appliquée, un des centres scientifiques les plus avancés du monde en matière de précurseurs sismiques.

« Dès l’année 2006, Russians Space Systems a construit un réseau de stations au sol pour l’observation de l’ionosphère sur l’île de Sakhaline. Les scientifiques ont analysé les variations dans cette couche supérieure de l’atmosphère, induites par des activités sismiques. Depuis, des satellites russes ont enregistré à plusieurs reprises des perturbations de l’ionosphère précédant des tremblements de terre. Sept heures avant la première secousse au Japon, des scientifiques ont mis en évidence des anomalies semblables à l’endroit du drame. A cette époque, les experts russes ne savaient pas comment se servir de ces données. Les scientifiques pensaient qu’il était trop tôt pour prévoir des secousses souterraines sur la seule base de l’observation de l’ionosphère. Ils partaient du principe que ces anomalies n’indiquaient que certains événements dans la croute terrestre. Pour la prévision scientifique de tremblements de terre, nous avons besoin de tout un système intégré d’investigations des précurseurs sismiques.

« Sur cette base, un système d’observation de l’espace et de l’atmosphère sera mis en place, dans le cadre d’une projet commun avec l’UE. Le système devra par la suite avoir un caractère universel, a précisé le directeur de Russians Space Systems, Youri Urlichich. ’Ce système préviendra des tremblements de terre ainsi que d’autres catastrophes, comme le danger des météorites, les tsunamis et autres menaces naturelles ou anthropogénique. Je peux vous donner un exemple impressionnant : de 1900 à aujourd’hui, 36 millions d’êtres humains sont morts du fait de catastrophes naturelles.’

« ’Il est prévu d’observer l’ionosphère avec des nanosatellites pesant moins de 10 kilos’, a expliqué Yuri Urlichich. ’Pour garantir l’enregistrement de données sur toute la surface terrestre, nous proposons d’envoyer des nanosatellites dans la banlieue terrestre et d’utiliser les satellites existants, en les équipant d’accessoires spéciaux. Cela nous donnera l’opportunité d’observer un taux élevé d’électrons libres à tel ou tel endroit de la surface terrestre, indiquant l’imminence d’un tremblement de terre.’ »


Lire aussi :


Contactez-nous !