Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Primakov : on a exécuté Saddam pour l’empêcher de parler

La rédaction
visites
877

Le 14 janvier, au cours de la célèbre émission Vesti Nedeli (Nouvelles de la Semaine), l’ancien Premier ministre russe Evgueni Primakov a déclaré que Saddam Hussein avait été exécuté à la va-vite et de manière « inattendue », afin « qu’il n’ait pas le dernier mot » en révélant des faits gênants au sujet des relations entre les Etats-Unis et l’ancien régime irakien. Si Saddam Hussein « avait tout dit, (...) le Président américain actuel aurait été passablement embarrassé », poursuivit Primakov, en référence à la collaboration militaire entre Washington et Bagdad pendant les années 1980. Primakov, l’un des derniers étrangers à avoir rencontré Saddam avant l’invasion de l’Irak en 2003, a insisté sur le rôle de l’ancien secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld, qui a courtisé et soutenu Saddam, même plusieurs mois après les massacres de al-Dujail, pour lesquels Saddam fut condamné. Toujours selon l’ancien ministre russe, pendant la guerre Iran-Irak, Saddam avait reçu des Américains des photos détaillées prises par satellite, ainsi qu’un soutien des systèmes d’alerte AWACS, etc.

Primakov poursuivit : « Il serait souhaitable que les Etats-Unis comprennent que de nombreux problèmes ne peuvent être résolus qu’avec l’aide de la Russie », faisant remarquer que, contrairement aux Etats-Unis, la Russie entretient des liens avec la Syrie, l’Iran, le Hamas et le Hezbollah. « Dans ce contexte, la Russie peut faire beaucoup de choses, et j’espère qu’elle les fera. »

Contactez-nous !