www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Printemps russe ? Comment Gorbatchev veut couler la Russie une deuxième fois

La rédaction
2595 visites | 7 commentaires

A lire :


10 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le mouvement de contestation contre les résultats des dernières élections législatives russes se poursuit aujourd’hui dans une dizaine de villes du pays, même si le parti au pouvoir a fait un score tout sauf « soviétique » !

Parmi les principales figures de cette opposition l’on trouve les ultralibéraux dominés par les cercles financiers occidentaux, britanniques et leurs acolytes américains en particulier, qui ont été à l’origine du marasme de la période post-soviétique. L’écrivain et blogueur de gauche Maxim Kalashnikov met en garde contre la participation à ce mouvement, en disant qu’il serait fou de renverser le tandem Poutine-Medvedev pour installer à sa place les gens qui ont ruiné le pays il y a deux décennies à peine.

Le quotidien d’actualité international chinois Global Times, qui suit l’affaire de très près, note le même phénomène dans un éditorial intitulé « L’ours [russe] ne danse pas aux mélodies occidentales ». Bien que Russie Unie ait essuyé des pertes dans ces élections, elles n’ont pas profité aux partis pro-occidentaux, écrit la rédaction du journal. « Les bulletins de vote perdus par Russie Unie sont désormais dans les poches des communistes et des libéraux démocrates, ce qui ne reflète pas un renforcement de l’idéologie occidentale », dans le sens d’être favorable à une perte de souveraineté au profit de la mondialisation financière.

Outre l’agent britannique George Soros qui est à la manœuvre en Russie après avoir manipulé des révolutions de couleur à travers le bloc anciennement communiste, il y a aussi celui qui a vendu l’Union soviétique pour une poignée de kopecks aux milieux financiers ultralibéraux anglais et américains : Mikhaïl Gorbatchev.

Le 4 décembre, Mikhaïl Gorbatchev fut l’une des premières voix à demander à Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev d’annuler les élections et d’en organiser de nouvelles.

Son offensive ne date pas d’aujourd’hui cependant. En septembre 2010, il avait lancé un Dialogue Civil, qu’il présenta comme une initiative « démocratique, non partisane ». Parmi ses collaborateurs dans cette aventure, une brochette d’amis de l’Empire financier britannique tels que Lyudmila Alekseyeva ou Sergei Kovalyov. On trouve également l’ancien Premier ministre adjoint, Boris Nemtsov, le politicien Vladimir Ryzhkov, ou encore son propre partenaire en affaires, Alexander Lebedev, un ami de Nathaniel Rotschild, fils de l’affairiste anglais Sir James de Rothschild, très impliqué en Russie dans le négoce des matières premières.

En février de cette année, reprochant à Russie Unie d’être une mauvaise copie de l’ancien Parti communiste de l’ère soviétique, il avait annoncé : « Si les choses continuent comme elles vont, la probabilité d’un scénario égyptien s’accroîtra. Sauf que le dénouement pourrait être bien pire ».

En même temps, Gorbatchev a promu des schémas qui aboutiraient à la saisie de pans entiers de l’économie russe par des intérêts britanniques. Dans un programme en 19 points publié en mars 2009 pour agir sur la crise financière, il se prononçait pour « un transfert vers les créanciers, y compris étrangers, des droits de propriété dans des compagnies débitrices russes, afin d’assurer le maintien des flux de capitaux vers l’économie russe ». En d’autres termes, Gorbatchev proposait que les droits de propriété sur des compagnies clés de métaux et d’énergie russes aillent, en cas de crise, à des intérêts étrangers, comme la Royal Bank of Scotland, par-dessus même les appétits des oligarques locaux !

C’est Dmitri Rogozin, ambassadeur russe auprès de l’OTAN, qui a le plus clairement identifié la tache que représente Gorbatchev dans l’histoire russe, lors d’une entrevue avec l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. Mikhaïl Gorbatchev adhère à la volonté de puissance occidentale, a-t-il dit, dénonçant le rôle de l’ancien chef du Kremlin dans le mouvement contestataire en Russie. Gorbatchev, a-t-il dit « avait bien compris la situation de ses partenaires occidentaux, mais tellement mal celle de son propre pays, que l’Union soviétique a disparu de la carte. En Occident il est clairement applaudi pour ces raisons, mais en Russie, Gorbatchev ne peut pas sortir dans la rue sans garde du corps, car il se ferait taper dessus par des ingénieurs ou des ménagères. Ni le Président Medvedev, ni Vladimir Poutine ne répéteront les soi-disant actions héroïques de Gorbatchev. Nous les Russes, sommes allergiques à des hommes politiques comme lui. » En effet, lorsque Gorbatchev se présenta aux élections présidentielles russes de 1996, il n’obtint que 0,5% des suffrages.

Rappelons surtout, pour bien comprendre la nature servile du personnage, qu’il fut avec Youri Andropov le principal artisan du rejet soviétique de la proposition américaine de bouclier antimissile conjoint – l’Initiative de défense stratégique (IDS) conçue par LaRouche et voulue par Reagan. Cette décision dictée par Londres scella non seulement le sort de l’URSS, mais a permis de faire perdurer la menace des arsenaux nucléaires jusqu’à aujourd’hui. [*]

Depuis son départ en retraite, Gorbatchev a donc servie de prête nom à la politique anti-russe de l’oligarchie financière britannique, affiliation qui s’exprime aussi à travers son engagement dans la politique d’écologie malthusienne promue par cette même oligarchie afin de stopper le développement technologique des pays.


[* Une nouvelle version de l’IDS vient d’être proposée par la Russie pour résoudre le conflit sur le déploiement du Bouclier antimissile américain en Europe de l’Est en rendant l’arme nucléaire obsolète ; voir Contre la guerre, l’Initiative de défense de la Terre.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 7 commentaires

Vos commentaires

  • Le 11 décembre 2011 à 10:59
    par ?

    Vous n’avez pas honte de votre article de propagande ?
    Vous ne connaissez visiblement rien à la Russie. Je suis russo-helvète et je soutiens de toute mon âme mes frères qui se battent pour la démocratie, piétinée en Russie sous Poutine, il n’y a rien de plus précieux pour un peuple.

    • Le 11 décembre 2011 à 12:04
      par Bertrand Buisson

      Mon opinion personnelle est aussi que Poutine n’est pas un grand démocrate, mais ça passe bien après la réalité de la situation internationale : celle d’un conflit orchestré par Londres entre les forces de l’OTAN et les puissances d’Eurasie.

      Si une guerre mondiale avec recours à l’arme nucléaire éclate, nous n’aurons jamais la démocratie...
      :-/

      Il faut absolument empêcher la déstabilisation de la Russie.

    • Le 17 décembre 2011 à 20:34
      par tony

      et vaut mieux poutine qu une soit disant democratie comme ici...avec les media pour t endormir..

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2011 à 15:26
    par Soubise

    Il est clair que de révolutions colorées( ukraine, Gorgie),en massacres programmés,Libye,Irak,Afghanistan, ceux qui veulent régir le monde avancent leurs pions un à un, prochains projets, la Syrie,l’Iran et surtout la Russie...
    Et jusqu’a présent le couple Medvedev/Poutine à bien contrecarré leurs plans de domination du monde et j’espère qu’ils le feront encore longtemps.
    Qu’en à Gorbatchev il mérite le glaive de la justice pour haute trahison.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 23:07
    par petite souris

    Maxim Kalashnikov met en garde contre la participation à ce mouvement, en disant qu’il serait fou de renverser le tandem Poutine-Medvedev pour installer à sa place les gens qui ont ruiné le pays il y a deux décennies à peine

    Évidemment ! Poutine soutenu par Kalashnikov : avec un nom pareil l’occident ne peut être que contre la volonté de la Russie d’être un pays libre ....

    Si les choses continuent comme elles vont, la probabilité d’un scénario égyptien s’accroîtra. Sauf que le dénouement pourrait être bien pire ose dire Gorbatchev !!!
    On ne peut pas être plus clair dans la trahison de son propre pays, de son peuple ...

    ... et ce qui "prouverait" que ce qu’il s’est passé en Égypte n’était pas si spontané et qu’en tout cas les conséquences étaient programmées ....

    Gonflé le mec ! il doit se savoir hyper protégé !!!
    J’aimerai juste savoir pour combien il a vendu son âme cela donnera une idée qu’il se fait de sa propre personne ....

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 20:49
    par COSO

    Moi en tant que partisant des idees de Larouche,je soutiens la manifestation pas pour des raisons de l’oligarchie occidentale mais pour la simple raison que les autorites en place prendrons bien leur responsabilite pour bien moderniser en profondeur l’economie de la russie vue la menace qui pense sur eux. En politique la popularite sur une longue periode comme celle de Poutine tue les reformes quisqu’on ce dit que tout va bien. le Global times chinois a parfaitement raison.

    • Le 11 décembre 2011 à 02:32
      par georges

      bof bof et bof quand c’est des larbins qui plaise a l’occident c’est toujours des bonnes élèctions dans le cas contraire la machine infernal se met en marche les russe on le droit de choisir qui ils veulent tant que ce derniers garanti les interets des russe.apres la chutte de l’urss des gens ont tous perdu d’autres travaillaient pour rien ou se faisait payé en casseroles alors les manifestants téléguidé par soros ça doit pas avoir grande valeurs aux yeux des russes

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet