Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Programme nucléaire iranien : réfutation des accusations de l’administration Bush

La rédaction
visites
890

Depuis des mois, le gouvernement américain prétend que la découverte de traces d’uranium décelées en Iran constitue la preuve de l’existence du programme nucléaire militaire iranien. Or après une enquête secrète de neuf mois, une équipe d’experts américains, français, japonais, britanniques et russes est parvenue à la conclusion que les traces en question provenaient d’équipements contaminés importés du Pakistan et ne constituent donc en rien l’indice d’une mise au point de la bombe en Iran.

C’est ce qui a été révélé dans le Washington Post du 23 août par Dafna Linzer, la même qui avait publié dans l’édition du 2 août des fuites provenant de l’étude officielle du renseignement américain, la National Intelligence Estimate, réalisée en juin dernier. D’après cette étude, l’Iran n’aurait pas la capacité technique de mettre au point une arme nucléaire avant 2015 au plus tôt, soit cinq ans plus tard que l’estimation antérieure. L’étude constate aussi l’absence de preuve d’un programme nucléaire militaire secret, indépendant du programme civil qui fait l’objet d’inspections de l’AIEA.

Le Washington Post citait un responsable du gouvernement : « Avec ces conclusions, la principale pièce à conviction que tout le monde brandissait est éliminée. » Les résultats de l’étude menée pour le compte de l’AIEA confirment donc les affirmations iraniennes et réfutent les allégations de l’administration Bush. Ils devraient être communiquées à l’AIEA début septembre.

Contactez-nous !