Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Protestations européennes contre la Commission de Bruxelles

La rédaction
visites
835

Le 17 janvier, de nombreux ports européens, notamment en France, Espagne, Belgique, Grèce et Suède, ont été paralysés par des grèves de dockers, suite à une première grève portuaire européenne le 11 janvier. Cette grève, combinée à une manifestation de 10 000 dockers à Strasbourg, était destinée à faire pression sur le Parlement européen pour qu’il rejette le plan de dérégulation (Port Package II) soumis par la Commission européenne. Les dirigeants syndicaux ont rappelé à la Commission ce qui s’était passé aux Etats-Unis en 2003, lorsque les opérations portuaires sur toute la côte Ouest ont été bloquées pendant des semaines, suite à la grève des dockers qui protestaient ainsi contre des mesures de « libéralisation » similaires.

Le Parlement européen a effectivement voté le 18 janvier contre le « Port Package II » avec une majorité de 75 % (532 voix contre 120). Les gouvernements français, allemand et suédois s’étaient de leur côté opposés au plan. Les porte-parole des travailleurs des transports des pays de l’UE se sont déclarés satisfaits du vote à Strasbourg, avertissant que si la Commission revient à la charge avec un Port Package III, il y aurait d’autres grèves et manifestations. Par ailleurs, la Commission a subi une autre défaite cuisante le même jour lorsque le Parlement européen a rejeté, à nouveau par une majorité de 75 %, son projet de budget 2007-2012.

Les préparatifs sont désormais lancés pour la prochaine étape de mobilisation, cette fois contre la « directive Bolkestein » de dérégulation de l’ensemble du secteur des services dans l’UE. Les syndicats européens comptent rassembler quelque 100 000 manifestants à Strasbourg le 14 février, au moment de l’ouverture du débat au Parlement.

Cette évolution a été saluée le 20 janvier par Helga Zepp-LaRouche, présidente du Mouvement des droits civiques-Solidarité (BüSo) en Allemagne, dans une déclaration qui appelle tous les opposants à l’Europe de Maastricht - dockers, travailleurs victimes des délocalisations, médecins, etc. - à lutter pour « une alternative positive » : l’abandon du « système de Maastricht » dans le cadre d’une réforme du système financier international. Les grèves et manifestations européennes de ces jours-ci ne doivent pas rester des revendications sectorielles, mais dénoncer plus largement la destruction économique et sociale globale provoquée par les retombées de l’Union économique et monétaire. Chaque pays doit retrouver sa souveraineté en matière de monnaie et de crédit, permettant ainsi de lancer une reprise économique assurant le plein emploi.

Contactez-nous !