Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Qu’est-ce qui se cache derrière la « guerre des monnaies » ?

La rédaction
visites
1608

18 octobre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Le phénomène rampant que l’on cache depuis quelques semaines derrière le terme « guerre des monnaies » n’est autre que l’effondrement du système monétaire international. Le moteur ? Le dollar ! La politique de la planche à billets de la Réserve fédérale américaine mène à la dépréciation totale du dollar. Ceux qui y verront plutôt une hausse de l’euro ne se rendent pas compte que c’est une question de vitesse relative de chute. Toutes les monnaies qui servent à renflouer la bulle spéculative mondiale font marche commune vers l’hyperinflation.

Alors que les Etats-Unis tentent de faire porter le chapeau de cette « guerre » à la monnaie chinoise, l’agence de presse officielle de Pékin, Xinhua, dénonce la politique folle de la Fed : « De nombreux politiciens américains ont le réflexe de mettre la faiblesse de leur économie sur le dos du taux de change chinois (…) ils ont fait en sorte que le yuan paraisse être au centre de la tempête. » Mais « la cause véritable de la ’guerre des monnaies’ est l’émission massive d’argent par la Réserve fédérale en réponse à la crise financière. La Fed a adopté des politiques monétaires et fiscales expansives et a injecté des quantités massives de liquidités dans les marchés, ce qui cause la dépréciation de sa monnaie. C’est pourquoi des pays comme la Corée du Sud, le Brésil et Singapour vont être poussés à apprécier leurs monnaies face au dollar, ce qui met en question leurs exportations et leur sécurité financière. »

Côté américain, Bernanke a non seulement confirmé vendredi dernier que la Fed allait relancer dès le 2 novembre ses « assouplissements quantitatifs », mais deux directeurs régionaux de la banque centrale des Etats-Unis veulent d’ores et déjà aller plus loin que les 1000 milliards de dollars prévus par Bernanke, exigeant les moyens de relancer fortement « l’inflation ». Certains empressent déjà la BCE et la Banque du Japon de se joindre au mouvement mondial pour l’hyperinflation.

Et où se trouve le nœud de cette « guerre » ? A la City de Londres ! Le premier centre financier mondial concentre près de 40% du marché mondial des monnaies où la spéculation est la règle : sur les 4000 milliards de dollars échangés chaque jour (soit 60 fois le montant quotidien du commerce international de biens et de services, en hausse de 20% depuis 2007), seul un tiers des transactions portent sur des échanges directs de devises, le reste ne constituant que des paris dérivés sur les taux de change – de la pure spéculation. La moitié des transactions relève des fonds spéculatifs de toutes sortes, ainsi que des assureurs.

La seule alternative est un véritable Nouveau Bretton Woods supprimant ce marché et rétablissant des taux de change fixes permettant d’engager des projets de développement à long terme. Jacques Cheminade met cet enjeu au cœur de sa campagne présidentielle, faute de voir les autres affronter ce péril.

>>> Cheminade 2012 : l’avant-projet !

Contactez-nous !