www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Quand Musharraf dénonçait la main britannique derrière le terrorisme

La rédaction
1886 visites | 2 commentaires

17 décembre 2008 (LPAC) — En 2006, le terroriste d’origine pakistanaise responsable pour l’enlèvement et le meurtre du journaliste américain Daniel Pearl, a été identifié comme agent du service secret anglais MI-6 par l’ancien président du Pakistan, Pervez Musharraf.

Dans ces mémoires In the lines of fire, publiés en 2006, Musharraf affirme qu’Omar Saeed Sheikh, de nationalité britannique, « est né à Londres de parents pakistanais » en décembre 1973. Après son éducation primaire, Sheikh a passé quatre ans au Aitcheson College de Lahore au Pakistan. Ensuite, il retourna parfaire sa formation à la London School of Economics (LES) de Londres.

« Certains croient qu’Omar Sheikh, alors qu’il étudiait à la LES, a été recruté par le service secret MI-6 » écrit encore Musharraf. « On croit savoir que le MI6 l’a persuadé de participer activement aux manifestations contre l’agression serbe en Bosnie et qu’il fut envoyé au Kosovo pour rejoindre le djihad. A un certain point, il est probablement devenu un agent hors contrôle ou un agent double ».

Après son retour de Bosnie, Sheikh s’est rendu au Pakistan où il rencontra Maulana Abdul Jabbar, qui l’a amené à Khost pour y suivre un entraînement de guérilla. Par la suite, en 1994, il se rend en Inde et tente de négocier la libération de Maulana Masood Azhar, qui expurgeait une peine de prison de sept ans ferme pour avoir attisé un conflit au Cachemire.

En 1994, pour réussir à faire libérer Azhar, Sheikh et trois complices prenaient trois Britanniques et un Américain en otage. Bien qu’il relâchent les quatre otages, Sheikh fut arrêté et jeté en prison. Par la suite, sa libération fut obtenue en échange de la vie de passagers d’un avion indien pris en otage.

Auparavant, selon le Los Angeles Times, un diplomate britannique a pu s’entretenir à plusieurs reprises avec Sheikh en prison. Le registre de la prison indique l’existence d’au moins neuf rencontres entre Sheikh, son avocat, et une un diplomate britannique identifié comme M. Greenhall. Le Times, rapporte pour sa part que lorsque Sheikh était en prison en Inde, les services anglais lui ont offert la possibilité de refaire sa vie s’il révélait ses liens avec Al-Qaïda, une offre que Sheikh aurait déclinée.

Pourtant, une fois libéré dans l’échange d’otages négocié en décembre 1999 par Ibrahim Dawood, une figure importante du milieu de Mumbai, Sheikh a pu se rendre librement en Angleterre. C’était d’abord en 2000 et ensuite en 2001, si l’on en croit la presse anglaise et indienne. C’est à ce moment qu’on croit que Sheikh aurait transféré des fonds aux auteurs des attentats du 11 septembre.

Bien que condamné en juillet 2002 par un tribunal secret à la pendaison pour l’enlèvement et l’assassinat de Daniel Pearl, Sheikh semble toujours en liberté. Devant la cour, Sheikh a affirmé qu’il s’était mis à la disposition du service secret ISI, une semaine avant l’enlèvement de Pearl.

Notons que Pearl, le journaliste du Wall Street Journal, enquêtait sur les liens entre l’ISI et le terrorisme. Certains éléments de l’ISI sont entièrement sous contrôle britannique.

Pearl préparait également un documentaire sur Ibrahim Dawood, lui-même protégé par l’ISI et les anglais, et aujourd’hui de nouveau mis en cause dans les attentats de Mumbai.

Pour creuser le sujet : focus

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 21 décembre 2008 à 05:10
    par Senec

    Un article comme celui-ci ne peut servir qu’à jeter le trouble dans les esprits.
    Cette précision non vérifiable, assaisonnée de doutes en sens divers, me semble le prototype de l’article "subversif" qui a pour seul but de réaliser au niveau des mentalités la même chose que le prétendu terrorisme sur le terrain.
    Le but de toute cette littérature : "tous pourris" ? Mais, alors, je mettrai dans le même tas tous ceux qui, pour se pousser en avant, tiennent toutes sortes de discours-révélations invérifiables.

    • Le 21 décembre 2008 à 13:59
      par Dogshoes

      Oui, plein d’informations non vérifiables par soi meme, sauf que ce travail effectué depuis de longues années sur le dessous des cartes de la géopolitique converge, pièce après pièce, vers le même destinataire...La réalité dépasse parfois la fiction, et évidement ce discours répond à certaines de nos attentes, sauf que le but de chacun n’est pas le même....Et la position tenue depuis des années contre les tireurs de ficelle se trouvant vérifiée actuellement par les faits,ces hypothèses n’en prennent que plus de poids...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet