Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Quand le bâtiment et l’automobile ne vont plus, rien ne va plus

La rédaction
visites
2206

26 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – En attendant un « vrai » nouveau Bretton Woods capable de la remettre en marche, l’économie réelle est condamnée à l’asphyxie.

En France, les secteurs du bâtiment et de l’automobile sont durement frappés par la crise, comme le montrent les chiffres qui viennent d’être publiés. Selon le ministère du Développement durable, la vente de logements neufs a chuté de 44% à la fin du troisième trimestre, sur un an. Or cette activité représente la moitié du chiffre d’affaires du secteur du bâtiment. De plus, sur les huit premiers mois de 2008, les dépôts de bilan ont augmenté de près de 20%. La Fédération française du bâtiment (FFB) anticipe un repli de 6% en 2009 pour l’ensemble du secteur tandis que les mises en chantier devraient chuter de 13,7% en 2009. Le bâtiment risque de perdre entre 25000 et 30000 emplois.

Dans l’automobile, la panique gagne du terrain. Pour l’ensemble de l’Europe, les ventes de voitures ont dégringolé de 14,5% rien qu’en octobre. Alors que l’industrie automobile était jusqu’ici exemplaire pour sa politique de « zéro stock », obtenue grâce à une gestion en « flux tendus », François Fillon s’inquiète à juste titre que plus d’un million de voitures neuves encombrent les parkings des grands constructeurs français.

Selon Le Figaro, Renault a réduit sa production de 25% au dernier trimestre, comparé à l’année dernière. PSA Citroën diminue également ses cadences européennes d’au moins 20%.

Catastrophé, Michel Gornet, directeur général adjoint en charge des fabrications et de la logistique chez Renault, cité dans Le Figaro, a déclaré qu’« on va bientôt arriver à une date où il sera impossible de programmer des coupes de production, parce qu’il n’y aura plus de production… »

Les arrêts temporaires des sites de production ont immédiatement provoqué l’arrêt et le non renouvellement de nombreux contrats intérimaires.

Financièrement, une telle chute des ventes entraînera à terme des problèmes de trésorerie. Quelques vautours survolent déjà ce qu’ils voient comme leur proie. Selon une étude du Crédit suisse, Renault serait le constructeur européen le plus à risque, suivi de PSA Peugeot-Citroën, Fiat, puis Volkswagen, BMW et Daimler. Autre pays particulièrement touché, l’Espagne. Les ventes baissent de plus de 30% depuis plusieurs mois et le pire est à venir. « Sur les trois derniers mois de l’année, nous calculons que ce marché connaîtra une baisse des ventes comprise entre 45% et 55% » par rapport à la même période de 2007.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !