Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Que penser de l’évacuation de Gaza annoncée par Sharon ?

La rédaction
visites
655

L’annonce par le Premier ministre israélien Ariel Sharon de son intention de faire évacuer la majorité des colonies juives de la bande de Gaza appelle deux remarques. D’abord, il tente d’assurer sa propre survie politique au moment où différentes enquêtes au criminel pour corruption l’impliquant sont sur le point de se conclure. Deuxièmement, on peut y voir une tentative de calmer les Israéliens qui sont de plus en plus nombreux à exiger un règlement négocié avec les Palestiniens.

Le général Shlomo Brom, du Centre Jaffee des études stratégiques, un signataire de l’initiative de paix de Genève, a déclaré à l’EIR : « Sharon a commencé à comprendre que sa passivité irrite le public israélien. La population soutient les initiatives de paix non gouvernementales » que Sharon veut entraver. Il estime que « Sharon ne fait que parler ». En outre, le vrai problème n’est pas le démantèlement de colonies dans la bande de Gaza mais leur transfert en Cisjordanie. Le général Brom estime que Sharon n’accepterait, au mieux, qu’un minuscule Etat palestinien en Cisjordanie, ce qui serait inacceptable pour les Palestiniens, donc « le conflit continuera ».

Pour Yossi Sarid, du Meretz, « Le Premier ministre n’est simplement pas crédible. (...) Après chaque instruction d’évacuation, un autre avant-poste émerge comme par magie. » Un autre membre du Meretz, Ran Cohen, a fait le lien entre la déclaration de Sharon et ses déboires avec la justice : « La corrélation étonnante entre le progrès des enquêtes sur les "scandales Sharon" et sa volonté de se déclarer prêt à évacuer des colonies constitue une raison de plus d’accélérer les enquêtes - en plus de la nécessité d’avoir un gouvernement non corrompu. » Même Zvi Hendel, le ministre adjoint de l’Education et membre de l’Union nationale d’extrême-droite, a noté que « l’ampleur de l’enquête déterminera l’ampleur du retrait. (...) Les plans de Sharon feront tomber le gouvernement. »

Le 8 février, le quotidien israélien Ma’ariv a cité une source proche de Sharon : « l’idée du désengagement, c’est que les Palestiniens n’en profitent pas. Par conséquent, la tendance actuelle est de ne rien laisser intact, pas une seule serre, pas une maison, même pas l’herbe. » En outre, Sharon a nommé comme nouvel adjoint au chef d’état-major des IDF le général Dan Halutz, le commandant ultra-dur de l’Aviation. Halutz est l’architecte de l’ignoble politique des « assassinats ciblés » et sa nomination à ce poste indique sans doute que Sharon s’apprête à une nouvelle expansion du conflit.

Contactez-nous !