Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Questions autour de l’agression d’un Premier ministre italien

La rédaction
visites
2681
commentaires

15 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Bien que nous n’ayons jamais caché nos désaccords profonds avec bien des aspects de la politique de Berlusconi, notamment sa politique anti-immigration, nous tenons à resituer ici ce qui vient d’arriver au Président du Conseil italien, Silvio Berlusconi.

Dimanche, le 13 décembre, Berlusconi fut violemment pris à parti lors d’un meeting politique à Milan. A la fin de la réunion, un homme, ayant des antécédents psychiatriques graves, d’une distance d’à peine quelques mètres, lui lança une réplique miniature métallique de la cathédrale de Milan en pleine figure. Une fracture du nez, deux dents cassées et une blessure à la lèvre supérieure ont été diagnostiquées. D’après les médecins, une quinzaine de jours de repos s’imposent avant toute reprise du travail.

Les circonstances de cette agression sont les suivantes :

1) Il y a quelques semaines, lors d’une réunion précédente, la police avait mis en garde contre des attaques potentielles provenant de « malades mentaux », capables de ce type de « gestes isolés ».

2) Tout porte à croire qu’un grave dysfonctionnement exista dans la protection rapprochée. Le premier cordon formé par les gardes du corps n’a pas vu venir l’agresseur et fut incapable de l’arrêter quand, à la fin de la réunion, l’agresseur s’est précipité vers le Premier ministre qui prenait son bain de foule traditionnel.

3) Massimo Tartaglia, le « fou isolé » qui a agressé Berlusconi, est un volontaire du Fonds mondial pour la nature (WWF) et sous suivi psychiatrique depuis une dizaine d’années. Selon les dires de son père, il avait assisté, la veille de l’agression, à une réunion locale du WWF. Tartaglia reconnaît par ailleurs que son acte découle d’un engagement politique.

4) Le meeting politique fut perturbé par un groupuscule de manifestants radicaux. Certains croient qu’il s’agit du même groupe radical qui, la veille, avait tenté de perturber une commémoration en souvenir des victimes de l’attentat de Piazza Fontana de 1969 qui avait fait 16 morts et une centaine de blessés. A l’époque, un attentat à la bombe attribué à l’extrême gauche, bien que perpétré par des éléments néofascistes, marqua le début de la « Stratégie de la tension » qui a fait basculer l’Italie dans le terrorisme et les « années de plomb ».

5) Immédiatement après l’agression contre Berlusconi, une page sur Facebook fut créée en honneur de l’agresseur Tartaglia. Rapidement, 20000 personnes ont soutenu « virtuellement » l’agresseur. Le groupe à l’initiative de cette page se fait appeler « Les Brigades Tartaglia ».

Berlusconi est Berlusconi. Cependant, on doit s’interroger sur la campagne virulente menée par deux organes des milieux financiers de la City de Londres, le Financial Times et l’Economist. La semaine dernière, ces deux média ont appelé Berlusconi à démissionner, utilisant notamment les déclarations d’un repenti de la mafia, qui lors de son procès à Milan, a accusé Berlusconi d’être à la botte de cette même mafia.

Jouant la même partition, le cartel médiatique italien du financier Carlo De Benedetti n’a pas hésité à présenter Berlusconi comme un nouveau Hitler et appeler à une révolution « de couleur » à l’instar des mouvements promus par le spéculateur Georges Soros en Europe de l’Est.

L’ensemble de cet environnement n’est sans doute pas sans rapport avec l’apparition d’un « candidat mandchourien ».

Le mouvement de LaRouche en Italie, Movisol, dans une déclaration officielle, affirme qu’à l’heure actuelle, les britanniques disposent de deux bonnes raisons pour tenter de renverser le gouvernement italien :

1) Le ministre des finances et de l’économie, Giulio Tremonti, fait campagne pour une réorganisation bancaire qui ruinerait les intérêts financiers de l’oligarchie.

2) L’Italie s’est engagée dans une coopération avec la Russie dans le domaine du nucléaire et de l’énergie, notamment le projet du gazoduc South Stream.


Article : la "stratégie de la tension", manipulation par la terreur


Voir les 3 commentaires

  • arcane • 16/12/2009 - 13:48

    Bon c’est pas bien d’agresser physiquement une personne,
    cela ne changera rien, mais symboliquement, quelque part si on pouvait transposer en statues ou en cathédrales les exactions de tels hommes, il y aurait de sacrés averses.

    Il s’est pris un choc en retour qui est un avertissement pour la suite des évènements.

    Je pense que le rôle positif de tous ces dirigeants politiques et finaciers, c’est de nous pousser à bout pour que nous ayons le courage de se remettre en question sur le veritable sens de la vie.
    A suivre

    Répondre à ce message

  • Jean-Marie • 16/12/2009 - 01:54

    Evidemment, une agression demeure une agression...avec toutes ses conséquences...

    Evidemment, les chefs d’état européens n’ont plus la cote...

    Pour moi, M. Berlusconi évoque M. Mussolini : regardez cette figure irascible, boudeuse, hargneuse : que de ressemblances...

    M.Mussolini a cette meme figure ensanglantée...à Milan ...sulla la Piazza...

    M.Berlusconi, frappé par une statuette de la cathédrale de Milan...

    • clemence66 • 16/12/2009 - 13:43

      Berlusconi=Mussolini

      En voila un argument qui reflete un esprit fin !

      C’est marrant mais j’ai l’impression que le peuple ne le deteste pas autant que ses détracteurs !

      "Prodi, combien de bulletins de vote ?"

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide