Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Qui a laissé échapper le virus A/H1N1 ?

La rédaction
visites
4056

14 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) – Lors de son webcast du 28 avril, Lyndon LaRouche conseillait aux gouvernements d’agir avec la plus grande vigilance contre la pandémie de grippe.

Bien qu’il n’y ait aucune preuve formelle permettant d’affirmer qu’il s’agit d’un virus créé de toutes pièces et qui aurait été répandu volontairement pour réduire la population mondiale, a expliqué LaRouche, cette hypothèse n’est pas à exclure au vu des intentions criminelles de certains courants au sein de l’oligarchie financière britannique. [*]

C’est à cette lumière qu’il faut examiner les informations suivantes :

Une dépêche de l’agence Bloomberg du 13 mai affirme que l’OMS vérifie
avec le plus grand sérieux l’hypothèse formulée par un éminent scientifique australien, Adrian Gibbs, selon laquelle « une des explications les plus simples est que le virus A/H1N1 s’est échappé d’un laboratoire » et que la souche a pu se développer accidentellement dans des œufs utilisés par des scientifiques et producteurs de vaccins dans des cultures de virus. Gibbs fait autorité dans son domaine et ses travaux ont notamment permis la mise au point du Tamiflu, un antiviral développé pour lutter contre la grippe aviaire.

Keiji Fukuda, le responsable de l’OMS en charge de la pandémie grippale, prend la question très au sérieux et a immédiatement réclamé que l’on examine calmement cette éventualité. Plusieurs centres de recherche de l’OMS (Londres, Tokyo, Melbourne, Memphis), du Center for Disease Control (CDC) d’Atlanta ainsi que ceux de la FAO et de l’Organisation de la santé animale (OIE) à Paris, ont été mobilisés pour vérifier l’hypothèse de Gibbs.

Le chercheur affirme qu’il n’existe aucune preuve que ce virus ait été artificiellement créé par l’homme. Cependant, son analyse concorde avec les recherches d’autres scientifiques comme le virologue américain Richard Webb, de Memphis, qui a mis en évidence que la souche du virus descend de deux types de virus affectant depuis des décennies les porcs en Amérique du Nord et en Europe.

Pour sa part, Gibbs a constaté avec le nouveau virus un taux de mutation génétique trois fois supérieur aux virus les plus proches parmi les porcs. Ce qui éveille le soupçon d’un virus ayant évolué en dehors des animaux. « Tout ce qui a pu accélérer l’évolution de ces gènes date d’il y a sept ou huit ans. On se demande donc pourquoi ce matériel n’a pas été trouvé ailleurs ».

En ce qui concerne son hypothèse, Gibbs estime que « c’est ainsi que la science progresse. Quelqu’un avance une idée saugrenue. Ensuite il est roué de coups et laissé pour mort. Enfin, il recommence avec une idée encore plus folle… »


[*voir ici.

Contactez-nous !