Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Qui est Rahm Emanuel ?

La rédaction
visites
4946

8 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) - Le premier responsable officiellement nommé à un poste dans la future administration Obama est le chef de cabinet de la Maison Blanche, Rahm Emmanuel. Qui est-il ?

Si Rahm Emmanuel n’a jamais été considéré comme un bandit, il a cependant le profil type du mafieux. John Lapp, de la Commission des campagnes démocrates pour le Congrès (DCCC), que Rahm Emanuel a présidé en 2005 et 2006, a dit de lui « il sait où les corps sont enterrés, ce que les gens veulent, désirent, et quels sont leurs besoins et leurs points vulnérables. Il ne tolère pas les erreurs. Il ne tolère pas les erreurs humaines. » Surnommé « chien d’attaque » ou encore « Rahmbo », il est connu pour avoir perforé une table à coups de couteau dans un restaurant lors d’un dîner célébrant la victoire de Bill Clinton aux présidentielles de 1992. Plein de rage, il égrenait les noms de ses ennemis politiques en plantant à chaque fois et à pleine force, son couteau dans la table au cri de « Mort, mort, mort ! ». Le Chicago Tribune l’a qualifié de « tyran brutal et efficace »

A la tête du DCCC, il s’est assuré la fidélité de nombreux élus démocrates qu’il a recrutés et fait élire en 2006, assurant ainsi son ascension dans la hiérarchie des parlementaires démocrates. Rahm Emanuel a parrainé autant que possible les candidats démocrates qui avaient soutenu la guerre en Irak. Plusieurs de ces élus ont ensuite rejoint la Blue Dog Coalition, un groupe parlementaire prônant la responsabilité fiscale.

Lui-même élu à la Chambre des représentants en 2002, Rahm Emanuel a gagné sa place non sans efforts. Elu dans une circonscription de Chicago, il a dû recourir aux services du Maire de la ville pour parvenir à ses fins. Donald Tomczak, chef du département des Eaux à l’époque avait reçu l’ordre de Bill Daley, le frère du maire, de mettre ses employés municipaux à disposition de la campagne de Rahm Emanuel, afin de défaire son concurrent dans la primaire démocrate, un progressiste soutenu par la base militante. Tomczak est actuellement emprisonné pour avoir organisé un système de pots de vin avec de l’argent de la municipalité, en faveur de sociétés de transport liées au crime organisé, en échange de quoi une partie de l’argent aurait servi à financer la campagne de réélection du maire. Richard Daley a été élu pour la première fois en 1989, avec comme conseiller principal et leveur de fonds en chef, Rahm Emanuel.

Mais avant ce retour en politique, Rahm Emanuel a travaillé pendant trois ans à la banque d’affaire de Bruce Wasserstein, Wasserstein Petrella, que ce dernier a revendue à la Dresdner Bank lorsqu’il a rejoint Lazard Frères en 2000. Emanuel s’y est occupé d’acquisitions de sociétés et a gagné, entre 1998 et 2001, plus de 16 millions de dollars. Un de ces deals était pour le compte de SBC Communications, qui peu de temps après embauchait Bill Daley (Oui, oui ! le frère du maire de Chicago qui utilisa plus tard les travailleurs municipaux pendant leur temps de travail pour faire élire Rahm Emanuel).

Ironie, et non des moindres pour celui qui sera le chef de cabinet du premier président noir des Etats-Unis, Rahm Emanuel est en conflit avec le Comité des élus noirs au Congrès. Il est suspecté d’avoir été l’un des instigateurs de l’opération visant à chasser le congressiste Charles Rangel de la présidence du tout-puissant Ways and Means Committee (qui supervise l’ensemble du système des revenus fiscaux), pour s’être virulemment opposé aux différents plans de renflouement du secteur financier avec l’argent du contribuable.

Autre ironie, Rahm Emanuel était directeur de Freddie Mac en 2000 lorsque cette agence semi-publique a été autorisée à recycler les titres hypothécaires subprime pour alimenter la bulle immobilière.

Il a aussi été le grand artisan des accords de libre-échange nord américain (ALENA, ou NAFTA en anglais), lorsqu’il était le directeur politique de la Maison Blanche en 1994, pendant le mandat de Bill Clinton.

Sa voracité et sa facilité à évoluer dans le monde des affaires et de la finance ont fait de lui un expert de la levée de fonds pour les démocrates, spécialisé dans les donations glanées auprès des hedge funds et des sociétés financières.

Contactez-nous !