Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Réactions antilibérales en Europe de l’Est

La rédaction
visites
702

Les pays d’Europe de l’Est et du Sud-Est ont obtenu de l’Occident des promesses non tenues, une situation économique et sociale qui s’aggrave et l’annonce par l’Union européenne (UE) qu’elle n’accepterait pas de nouvelles adhésions avant l’an 2005. Cette combinaison a provoqué une réaction contre les politiques néolibérales, surtout en Europe du Sud-Est.

Ainsi, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, exemple même du politicien prolibéral de la jeune génération, a attaqué le 12 juillet les privatisations conduites sous l’ancien gouvernement de gauche, déclarant que c’était une grande fraude qui avait volé des revenus à l’Etat. Dans une allocution télévisée prononcée le 17 juillet pour annoncer qu’il se portait candidat à sa réélection en novembre, le président roumain Emil Constaninescu a dénoncé les « structures mafieuses » de la corruption et des privatisations, qui ont atteint les « plus hautes sphères de l’administration ». En République tchèque aussi, se lève un vent de révolte contre le néolibéralisme. Le Parlement a voté le changement de statut de la banque centrale, qui oblige la banque à coordonner ses politiques monétaires avec le gouvernement. Cela a été interprété comme un défi envers la bureaucratie de l’UE, qui promeut au contraire des banques centrales « indépendantes ».

Dans des discours prononcés le 20 juillet, respectivement à Berlin et à Munich, les ministres des Affaires étrangères de Slovénie et de Hongrie, Lojze Peterle et Janos Martoni, ont averti que, même si une majorité de leurs populations est encore favorable à une adhésion à l’UE, on pouvait s’attendre à un revirement de l’opinion populaire si ces sympathies pour l’Ouest ne recevaient rien en échange au cours des prochains mois.

Les gouvernements de la République tchèque et de Slovaquie ont aussi déclaré qu’ils n’allaient pas enterré leurs programme de développement de l’énergie nucléaire pour s’adapter aux lignes de conduites en matière énergétique prévalant en Europe de l’Ouest.

Contactez-nous !