Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Réchauffement global : une escroquerie qui cache les vrais dangers

La rédaction
visites
1711

Lors d’une conférence Internet de trois heures, le 7 mars, le dirigeant démocrate Lyndon LaRouche a insisté sur deux tâches urgentes : d’une part, dénoncer la fraude du changement climatique, propagée, entre autres, par l’ancien vice-président américain Al Gore, et d’autre part, que le Congrès américain s’attaque immédiatement à la principale priorité stratégique, à savoir la réorganisation globale du système financier mondial en faillite. Faute de prendre les mesures nécessaires, a répété LaRouche, le monde risque de sombrer dans un nouvel âge des ténèbres. Le problème se présente ainsi :

« Le volume de dettes dépasse de loin le montant qu’il serait possible de rembourser, par conséquent le système est irrémédiablement en faillite. Il n’existe pas de banque indépendante aux Etats-Unis. » Le principal facteur des turbulences financières actuelles, ce sont les hedge funds, dont les quatre cinquièmes sont domiciliés aux îles Caïman, un territoire « appartenant entièrement à la Reine d’Angleterre. Quelques autres îles jouent un rôle similaire, dont l’île de Man en Angleterre, tandis que l’institution bancaire « prestigieuse » aux premières loges dans ce système est la Bank of Scotland and Halifax, la banque personnelle préférée de la famille royale. »

En fin de compte, « les banques américaines, y compris les plus grosses, se trouvent au deuxième rang face à cette crise ». Tout le système financier international est contrôlé à partir des îles Caïman et des institutions associées aux hedge funds, précisa LaRouche, et en cas de faillite grave, c’est tout le système bancaire américain et l’économie mondiale qui s’effondreront. « Sauf intervention du gouvernement pour prendre des mesures de sécurité et mettre le système en redressement judiciaire. C’est la seule manière de nous en sortir. »

C’est pourquoi « nous allons devoir remplacer l’actuel Président des Etats-Unis, et expédier le vice-Président là où il le mérite. M. Libby pourrait avoir quelque idée là-dessus. » Le président Bush est incompétent, c’est un homme de paille qui fait ce qu’on lui dit de faire, avec une tendance sadique en plus. « Le nouveau Président pourra prendre les mesures protectionnistes nécessaires, avec le soutien du Congrès, pour renverser la désintégration actuelle de notre système américain d’économie politique. »

Sur fond de cette crise stratégique et financière, LaRouche a abordé la fraude du « réchauffement global », fustigeant en particulier Al Gore qui, non content de se faire l’apôtre de la réduction des émissions de gaz carbonique, essaie d’empêcher le Congrès d’adopter un programme de relance économique dans la tradition rooseveltienne. Les élus doivent avoir le courage de dénoncer ces campagnes de propagande.

Contactez-nous !