Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité
Brèves

Réforme Obama : la colère populaire passe un cap

La rédaction
visites
1870
commentaires

25 mars 2010 (Nouvelle Solidarité) – L’adoption de la réforme de la santé par les dirigeants démocrates du Congrès et le Président Obama, a signé leur arrêt de mort politique. Comme l’a montré la victoire de la démocrate larouchiste dans les élections primaires du Texas, les citoyens américains, qu’ils soient affiliés démocrate, républicain ou indépendant, soutiendront désormais tous ceux qui s’opposeront ouvertement au fascisme financier incarné par cette réforme durcissant l’accès aux soins pour les plus démunis. Les réactions recueillies sur le terrain par les militants du Comité d’action politique de LaRouche (LPAC) depuis le vote de dimanche au Congrès, montrent que la colère populaire entre dans une nouvelle phase.

Par exemple. Dans la région de Detroit, Michigan, une des zones urbaines les plus touchées par l’effondrement économique, les membres du LPAC qui tenaient un stand militant devant un bureau de poste ont été assaillis sans interruption du matin au soir, même après la fermeture du bureau puisque de nombreuses personnes appelaient des amis avec leur téléphone portable pour leur dire de passer. Les gens faisaient la queue pour leur parler, prendre leur carte de membre ou faire une contribution financière. Qu’est-ce qui les attirait ainsi ? « Qui veut expulser Hitler de la Maison Blanche ? » demandait un panneau, les militants abordant les gens au son de : « Il n’y a que LaRouche qui dise franco qu’Obama et sa réforme sont fascistes ». Démocrates comme républicains, tous étaient furieux contre le Président et les représentants de leur parti au Congrès – les uns ayant capitulé, les autres n’ayant rien entrepris de sérieux pour s’opposer – et nombre d’entre eux se sont immédiatement portés volontaires pour rejoindre le combat du LPAC. Comme le disait Lyndon LaRouche lundi : « Pas besoin d’être un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale pour savoir reconnaître un fasciste », expliquant que la révolte contre la politique imposée par Londres et Wall Street ne saurait tarder.

Autre signe, le coup de colère de Jane Hamsher, la fondatrice du blog démocrate progressiste FireDogLake.com (extraits) :
« En réalité, plutôt que d’aider les pauvres, cette loi est un pas dangereux et sans précédent vers la domination du gouvernement par des intérêts privés voulant éliminer toute concurrence et assurer leurs profits – la définition même du fascisme.
« En juin dernier, à l’époque où nous avons lancé notre campagne en faveur de la « public option » [une clause initiale de la réforme qui devait créer une assurance publique concurrençant le privé, sur laquelle il aurait dû s’aligner – ndlr], je supposais plusieurs choses.
« D’abord, qu’au bout du compte, la Maison Blanche aurait préféré préserver la majorité démocrate que d’adopter un renflouement des intérêts privés lorsqu’elle aurait à choisir entre les deux. Ensuite, que les membres du Congrès chercheraient avant tout à préserver leur siège et qu’ils ne voteraient pas une loi qui le compromettrait.
« Mais j’ai eu faux sur toute la ligne : les congressistes votant pour la réforme préparent déjà leur retraite et négocient leur siège contre un poste ou une sinécure au gouvernement (…) Il est à la fois écœurant et édifiant de réaliser que les membres du groupe parlementaire progressiste n’ont en fait aucun engagement pour rien et préfèrent simplement jouer un rôle dans le spectacle politique.
« Si cette loi est adoptée, les Américains devront réexaminer les bases sur lesquelles ils fondaient leur vision de la politique. J’ai réalisé au cours de cette campagne que le contrôle du gouvernement par des intérêts privés est bien plus vaste que je ne l’imaginais, et que les moyens à notre disposition sont inefficaces pour combattre leur influence.
« Nous devons trouver de nouveaux partenaires pour mener le combat, car il y a une réelle volonté populaire de résistance et on ne peut faire confiance aux têtes connues. Il nous faut aussi développer un nouveau langage pour l’expliquer car le vieux paradigme droite-gauche est à côté de la plaque pour lutter contre notre véritable adversaire.
« Le combat contre cette réforme survivra à la défection de Dennis Kucinich [un des leaders du groupe progressiste à la Chambre des représentants qui s’est rallié à Obama à la dernière minute – ndlr], bien que cet évènement signe la mort de la résistance progressiste au Congrès.
« Au final, nous avons appris qu’il ne faut rien attendre d’aucun congressiste, quel que soit son parti, car ils ne font rien d’autre que de jouer un rôle dans le « manège des opposants » - ce qu’ils ne peuvent faire que tant qu’on les laisse faire. Il revient à chacun d’entre nous de remettre en cause ses propres conceptions et de créer de nouvelles manières pour trouver ceux qui veulent véritablement s’opposer au contrôle des intérêts privés sur notre système politique et les y aider. »

Un message pas si américain que cela…


Lire aussi :


Voir les 2 commentaires

  • yann • 26/03/2010 - 08:00

    Tout ça c’est beau mais est ce que ça ne va pas être étouffé dans l’œuf par les intérêts financiers ?
    Ce n’est qu’une colère passagère mais dans le fond est ce que c’est une révolution qui n’a pas d’autre but que remettre en place un nouvel asservissement ?
    Y a-t-il un nouveau système qui pourra remplacer ce qui est en place ?, meilleur, plus au service du peuple ? Le principe est qu’il y a toujours une frange de la population qui se dit à même de mener le peuple, cette faction est toujours corruptible...

    Répondre à ce message

  • petite souris • 25/03/2010 - 20:22

    Tout va de plus en plus vite.

    C’est assez rassurant de constater que le peuple pense mieux que les dirigeants qu’ils ont élus.

    C’est affligeant de constater que le peuple a plus de courage que les hommes politiques.

    Cela semble assez normal, finalement, le peuple doit sauver sa peau, pas son fauteuil.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide