Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Réforme Obama : la peur du peuple gagne Washington

La rédaction
visites
2407

10 novembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Après que la Chambre des représentants ait approuvé samedi le projet de loi sur la « réforme » de la santé du président Obama, l’on peut se demander comment la Maison Blanche a pu réunir une majorité (courte, 220 contre 215), alors que le matin même du vote, les dirigeants démocrates n’étaient pas en mesure de l’assurer.

Au Sénat, le chef de la majorité démocrate, Harry Reid, vient d’annoncer que le vote se tiendra avant les vacances parlementaires de Thanksgiving et Noël, après avoir pourtant déclaré il y a quelques jours qu’il n’aurait pas lieu avant 2010. Entre temps, il a reçu la visite de « Rahmbo » Emanuel, le chef de cabinet d’Obama…Si de son côté la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, a pressé le vote, malgré l’incertitude de l’emporter, c’est avant tout par peur du peuple américain.

La semaine dernière, les candidats démocrates ont été largement battus lors de deux élections pour les postes de gouverneur du New Jersey et de Virginie. Dans ces deux Etats, Obama avait pourtant largement battu McCain lors des présidentielles de novembre 2008. L’on y a assisté à un véritable retournement de l’électorat, principalement des jeunes et des non-diplômés qui sont passés dans le camp républicain ou abstentionniste. Leur motif ? 89% se déclarent inquiets de la situation économique. En effet, le peuple ne voit pas cette reprise que le gouvernement évoque. Le taux de chômage américain vient de passer les 10,2%, avec 539 000 chômeurs de plus en octobre, soit plus de 5,5 millions d’emplois détruits depuis l’entrée en fonction du nouveau Président. Les dirigeants démocrates du Congrès savent que plus ils attendent et plus l’opposition des élus sera grande, d’autant plus que nombre d’entre eux doivent repasser devant les urnes en 2010.

Comme l’a dit au New York Times un élu démocrate proche de la Maison Blanche, « les vacances parlementaires qui viennent sont vues comme celles de l’été dernier ». Comme en août, les démocrates craignent que la pression des citoyens sur leurs élus n’affecte définitivement les chances de cette réforme qui n’est qu’une mesure d’austérité déguisée.

D’ailleurs le Président l’a lui-même reconnu dans son interview avec ABC lundi. Lorsque le journaliste lui a dit que l’un des principaux soucis avec cette réforme est que son financement provient pour un tiers des coupes budgétaires dans le programme public Medicare, Obama a simplement répondu « c’est vrai », affirmant même que son objectif est de « faire plier la courbe des dépenses pour réduire notre déficit ».

De surcroît, le projet de loi adopté samedi prévoit de forcer des dizaines de millions d’américains à prendre une assurance privée, sous peine de sanctions pénales (comme dans le cas des automobilistes n’ayant pas d’assurance pour leur véhicule, s’est défendu le Président). Et les assureurs maladies privés se voient même autorisés à doubler le tarif de leurs polices d’assurance pour les plus de 65 ans et ne seront pas concurrencés par les assurances publiques, qui seront contraintes de se caler sur leurs tarifs. Finalement, l’« option publique » défendue par le candidat Obama il y a un an ne couvrira que 6 des 46 millions d’américains dépourvus de couverture santé. Comme le dénonçait après le vote le démocrate progressiste Dennis Kucinich, défenseur d’une sécurité sociale universelle, le projet adopté ne fait que perpétuer « le système actuel, prédateur, orienté vers le profit et qui fait de l’argent en refusant les soins ».

Face à la connivence de plus en plus grave de ses dirigeants avec les puissances d’argent, le peuple américain pourrait bien se soulever comme le firent les allemands de l’est en 1989...


Rendez-vous : Conférence internet de Lyndon LaRouche le 11 novembre à 19h


Contactez-nous !