Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 21 janvier - Pour LaRouche, le Président Trump « n’a pas encore des principes très clairs... » Lire Flash : 21 janvier - Jacques Cheminade expose son projet éducatif devant le Syndicat général des lycéens (SGL) Lire Flash : 21 janvier - Le fondateur d’Alibaba parlant aux Américains : « vous avez trop dépensé pour vos banques et vos guerres ! » Lire
AccueilActualité
Brèves

Réforme des retraites : Rigoureusement Woerth

La rédaction
visites
2877
commentaires

10 juin 2010 (Nouvelle Solidarité) – C’est pour ses apparences trompeuses de bon gendre qu’Eric Woerth a été choisi pour faire passer l’amère pilule de l’austérité. Fraîchement nommé ministre du Travail pour faire accepter la réforme des retraites, le bonhomme en connaît un rayon en rigueur budgétaire. En tant que ministre du Budget de 2007 à 2010, il a œuvré à la libéralisation des paris en ligne (pomper l’argent des gogos pour nourrir les profits de grands groupes privés) en même temps qu’il mettait en œuvre le bouclier fiscal (baisser les impôts des 15000 foyers les plus riches). C’est aussi lui qui, en pleine crise financière, a organisé la fausse lutte contre les paradis fiscaux pendant qu’il lançait la vraie chasse à la fraude à l’assistance sociale. Alors est-il aussi propre que ce que l’on dit ? N’est-il que ce bon fonctionnaire, simplet, qui ne fait que se soumettre à l’implacable logique des chiffres ?

Dans la tête d’Eric Woerth, il est tout à fait normal que le peuple paye pour la crise : « J’ai horreur de la démagogie. Les gens ne vivent pas mal, il ne faut pas exagérer. Je ne mesure pas une tension sociale plus forte qu’il y a cinq ans. Moi, je ne veux pas être dans la complaisance. Il y a des problèmes, mais tout est problème. Se garer est un problème. Ne pas souffrir c’est ne pas vivre : il faut juste hiérarchiser » !!! Eh bien hiérarchisons : peut-on mettre les problèmes de stationnement au même niveau que le chômage et la vie chère ? Visiblement notre bon gendre est un peu trop habitué aux voitures avec chauffeur et au monde de l’argent.

C’est au cœur de la ZUP (Zone U-P) de Chantilly qu’Eric Woerth a bâti sa carrière et trouvé ses sponsors. Pour qui ne connaît pas cette ville de l’Oise, c’est une petite île aristocratique cernée par de vastes domaines forestiers et dont l’activité se concentre autour de son château et de son... hippodrome. Cette ville phare du hippisme français attire les grandes fortunes et c’est grâce à ce petit monde du cheval qu’Eric a pu mener son putsch à la mairie de Chantilly. C’est aussi grâce à ce petit monde que Woerth a accédé aux finances de l’UMP dont il est le trésorier depuis bientôt 20 ans. Il est autant expert du financement public de la vie politique que de son financement privé, domaine dans lequel il détient les secrets du parti présidentiel.

Et Eric peut toujours compter sur son épouse pour l’épauler. Florence Woerth, diplomée d’HEC (comme lui) et membre de la Société française des analystes financiers, est gérante de fortune pour les clients « VIP » de la Banque Rothschild et gère la première fortune de France, celle de Liliane Bettencourt, l’héritière de l’Oréal. Elle vient aussi d’être élue au Conseil de surveillance du groupe Hermès. A Chantilly, Mme Woerth préside l’écurie Dam’s, un club huppé mais dont le ticket d’entrée est déductible à 75% de l’ISF depuis la réforme « en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat » adoptée en 2007 par son ministre de mari.

Alors, oui, avec cette vie difficile, Eric Woerth peut le dire : « Ne pas souffrir c’est ne pas vivre. » Puis pour améliorer son image et mieux tromper son monde, il a fait appel à Anne Méaux (ancienne militante du groupuscule d’extrême droite GUD), conseillère en communication du Crédit Agricole, d’Eurazeo, de Lakshmi Mittal. Et pour mieux faire passer la réforme des retraites, il a confié sa propagande à la puissante agence de pub américaine BBDO.

Au moins, quand Woerth nous dit avoir « horreur de la démagogie », on peut le croire sur parole. Il n’est pas démago, non, il est naturellement faux.


A lire :
Retraites : rétablir la priorité du travail humain et de la justice sociale !


Voir les 7 commentaires

  • zebulon • 02/07/2010 - 03:12

    En fait il s’agit peut être d’un robin des bois moderne et incompris prendre aux pauvres pour donner aux riches

    pour ce faire un outil innovant le PUMP (pompe en français)

    qui permet de corriger les effets de la répartition
    inégale des richesses en inversant les processus financiers
    archaïques accumulés au fil des ans

    le résultat est là désormais vous mettez 7500 et vous récupérer 30 millions.

    C’est pas mal pour arrondir sa retraite. Finalement la retraite par répartition çà marche.

    Laissons faire les spécialistes.
    Aurions nous peur du changement ?

    Répondre à ce message

  • picque • 11/06/2010 - 07:36

    Son propos est surtout très cynique.
    Cela me rappelle Lagarde qui donnait comme conseil de rouler à vélo
    pour économiser du carburant
    Cynique et très british

    • plusieurs • 11/06/2010 - 13:19

      Merci 1 multiple pour la justesse de cet article : un travelling vertical bien senti sur les pieds d’ un morgueux piétinant, tel un coq, le terrain nauséabond de ses métaphores politiques.

      L’ arrogance vulgaire et l’ eugénisme grossier ne me semblent pas être autre chose qu’ un simple et puéril égocentrisme de classe.

    • raskooo • 12/06/2010 - 19:49

      Bonjour,

      Qu’en est-il de ses fonctions à Arthur Andersen durant l’affaire Enron, des infos ?

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Cantwell • 12/06/2010 - 15:19

    Cette biographie ne me donne pas la nausée un seul instant. Le cursus de M. Woerth n’a absolument rien d’infame, de tragique, de dramatique, de cynique ou que sais-je encore. Il est parfaitement normal. S’en offusquer serait comme découvrir tout à coup qu’on vit dans un système monétaire et non dans un système de crédit productif public. Depuis 40 ans qu’on aurait dû transformer l’Afrique en jardin, c’est bon, on est au courant.

    Très bien donc que S&P mette les choses au clair, mais il faut arrêter de se la jouer sainte Nitouche.

    A la rigueur (sic :), cette biographie me booste encore plus - si c’était nécessaire - pour sortir avec mon panneau et ma table d’infos en centre-ville, pour former mes amis citoyens à leur propre histoire : Glass-Steagall, crédit productif, et enthousiasme de produire les conditions de vie les plus ambitieuses pour mes enfants au lieu, en guise de "geste responsable", de "penser à éteindre la lumière des chiottes".

    Mais je dis "à la rigueur" car nous sommes quelques-uns à n’avoir pas attendu de lire la bio de Woerth par S&P pour passer à l’acte sur le terrain.

    Fais en sorte que tu sois celui ou celle que "les autres" attendaient pour sortir de la rout(ine).

    Répondre à ce message

  • petite souris • 11/06/2010 - 15:44

    Bravo pour la biographie de ce monsieur Woerth !!!

    J’ai lu de nombreuses biographies, mais celle-ci me donne la nausée... (et ce n’est pas que ma dernière portée a déjà trois mois....) & (ce n’est pas parce que je viens de relire Sarte)

    Le choix de ce monsieur pour en faire un ministre en dit long sur la réalité de monsieur Sarkozy...
    J’aimerai donc bien lire les biographies des autres ministres.

    Cela vaut mieux que tous les discours des politiques et des médias réunis pour comprendre comment et par qui nous sommes "gouvernés"

    Répondre à ce message

  • arcane • 11/06/2010 - 12:39

    Moi Eric Woerth, vous petits sauvages , vous pas etre malheureux, vous avoir assez pour Vivre, Vous écoutez les Maitres sinon Le courroux du Grand Marché s’abattre sur vous. Alors vous baisser tete et travailler pour donner offrande au Grand Marché.

    Voila à peu pres le niveau actuel, sauf que moi le sauvage je ne baisserais pas la tete et que je refuse tout maitre
    et quand les hordes de sauvages s’abatterons sur les marchés, J’apprendrais à Maitre Woehrt la différence entre Vivre et survivre.
    Je lui apprendrais à faire se courses avec une calculette et ne pas dépasser 30 euros pour la semaine.
    Je lui apprendrais à se détendre le weekend en se faisant bronzer sous une lucarne dans 10m carré
    Je lui apprendrais à espérer pouvoir garder son logement le moi prochain et le soir avant de s’endormir il relira son discour

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide