Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Retraites : Vive les vieux ! Vive l’industrie !

La rédaction
visites
1365

Les caisses de retraite seront déficitaires à hauteur de 100 milliards d’euros par an en 2050. Sur ces projections du Comité d’orientation des retraites (COR) [1], tous (UMP, PS, PC…) sont d’accord. Ils ont tort… si l’on considère que des hommes politiques dignes de ce nom doivent reprendre en main le destin de notre économie et en changer les priorités.

Pas besoin de chantage à l’allongement de l’âge de départ à la retraite, de menace à la taxation des « patrons » ni de reproches voilés aux plus vieux !

En abandonnant notre société post-industrielle et le pillage financier qui y est associé, et en engageant notre société dans une dynamique de progrès scientifique et industriel, en recréant sur dix ans les deux millions d’emplois industriels que nous avons perdus ces vingt dernières années, le problème sera réglé.

Imaginez un gouvernement désireux de reconstruire nos infrastructures vieillissantes de transport d’eau, d’énergie et d’hommes, prêt à reconvertir notre industrie automobile en déperdition vers les modes de transport les plus avancés (aérotrain, moteur à hydrogène), engagé à promouvoir la recherche fondamentale dans le spatial, le nucléaire de quatrième génération et la fusion par laser !

Cela créerait deux millions d’emplois hautement qualifiés et bien rémunérés !
Sachant que d’après l’INSEE, en 2005, un salaire brut moyen dans l’industrie était de 17,9 euros de l’heure [2] et que les prélèvements pour les retraites (salariaux et patronaux) représentent environ un tiers du salaire brut versé, ce serait 21,2652 milliards d’euros [3] supplémentaires qui entreraient dans les caisses de retraites chaque année.

Ajoutez à cela les emplois induits et surtout les économies sur les allocations chômage – 50 milliards directs et 30 milliards indirects par an [4] – l’on arrive largement au compte !

Mais le point le plus fondamental, et largement ignoré, c’est la productivité du travail. Avec un moteur scientifique et un élan industriel permettant d’accroître les qualifications du travail, chaque emploi crée plus de richesses. C’est sur ces bases-là que notre système social, fruit du combat du Conseil national de la Résistance (CNR), a pu voir le jour. Ce n’est qu’ainsi que notre système perdurera et prospérera.

Il n’y a donc aucun problème de financement des retraites, il y a un problème de bêtise et d’engagement politique. De bêtise, parce que faire des projections statistiques à partir de nos dernières années de déperdition, comme le font les cartomanciens du Comité d’orientation des retraites, c’est faire l’hypothèse que nous pourrions continuer ainsi, sans chute ni rebond. Au contraire,
l’engagement politique redéfinit la dynamique d’une société en allant aux causes. C’est la raison d’être d’un homme politique, non sa soumission à des statistiques démographiques présupposant que la qualité du travail humain ne change jamais.


[1Le Comité d’orientation des retraites (COR) est supposément « un lieu permanent d’études et de concertation entre les principaux acteurs du champ des retraites. Il suit l’évolution des régimes et fait des propositions pour assurer leur solidité financière et leur fonctionnement solidaire. » http://www.cor-retraites.fr/

[2INSEE, salaire brut horaire, par secteur et par catégorie socioprofessionnelle simplifiée en 2005 : http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/irweb/dads2005/dd/excel/dads2005_t102.xls

[317,9 € (salaire horaire brut moyen dans l’industrie) x 0,33 (pourcentage du salaire représentant les cotisations retraites salariales et patronales) x 1800 (nombre d’heures travaillées par an) x 2 000 000(d’emplois) = 21,2652 milliards d’euros.
Notons que les emplois de services aux particuliers, qui prolifèrent dans notre société post-industrielle actuelle, génèrent un tiers de cotisations retraites en moins (13,5 euros brut/h)

[4Chiffres que même Jacques Marseille constatait en 2007 : http://jacquesmarseille.fr/Actualites/Article_LEPOINT_Ct_Chomage.asp

Contactez-nous !