Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Révolte américaine contre le contrôle financier anglais sur le pétrole

La rédaction
visites
1490

3 juin 2008 (LPAC) – Hier, lors d’une audition devant la Commission du Sénat américain sur le Commerce, la Commission sur les échanges de contrats à terme sur les matières premières (CFTC en anglais) s’est faite épingler, après avoir abandonné la « régulation » de ce marché à des autorités britanniques.

Témoignant au sujet de l’explosion des prix du pétrole, le professeur de Droit de l’Université du Maryland, Michael Greenberger, expliquait à des sénateurs en colère que 35% des contrats à terme de pétrole brut intermédiaire provenant de l’ouest du Texas, échangés sur le sol américain, avaient été transférés vers des« marchés opaques », totalement non-régulés. Ces contrats sont échangés sur un marché siégeant à Atlanta (le Marché d’échange intercontinental de matières premières, ou ICE) qui, en vertu de mesures de la CFTC, est juridiquement un marché londonien « offshore », uniquement contrôlé par l’Autorité des services financiers britanniques !

Il expliquait également comment une poignée de hedge-funds et trois banques d’investissement (Goldman Sachs, Morgan Stanley et JP Morgan Chase) contrôlent 70% de ces achats spéculatifs des contrats à terme de pétrole américain tirant vigoureusement les prix vers le haut, tout en « pronostiquant » en parallèle une augmentation à 200 dollars le baril. De même, sur le Mercantile Exchange de New York (NYMEX), les échanges de contrats à terme sur le pétrole sont désormais uniquement « régulés » par l’autorité financière de Dubaï, contrôlée par Londres, toujours suite à un autre accord avec la CFTC.

Cette manipulation spéculative des prix de l’énergie à partir de Londres et de Wall Street, avec l’assentiment de la CFTC et de son Président Walter Lukken, a également été dénoncée par Mark Cooper, représentant de la Fédération des consommateurs d’Amérique, et par les sénateurs eux-mêmes.

Le 25 mai, la sénatrice Maria Cantwell et 22 autres sénateurs avaient envoyé une lettre à la CFTC, lui demandant la fermeture de ce qu’ils appellent le « vide juridique anglais ». Lukken répondit le 29, promettant une action d’ici l’automne. D’après Greenberger, ce simple échange aurait permis d’enrayer la tendance haussière, faisant redescendre les cours de 135 à 125 dollars.

La sénatrice Cantwell expliquait après l’audition d’aujourd’hui que : « Maintenant, il va y avoir beaucoup plus de signataires et je crois que la CFTC prendra les mesures exigées par l’économie et par la moralité du peuple américain. » Si ce n’est pas le cas, elle pense que le Sénat légiférera pour lui forcer la main.

Contactez-nous !