Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Richard Holbrooke aussi bosse pour George Soros

La rédaction
visites
1135

14 août 2008 (Nouvelle Solidarité) — Depuis peu devenu un des conseillers d’Obama en matière de politique étrangère, Richard Holbrooke, ancien ambassadeur étasunien à l’ONU et ancien Secrétaire d’Etat sous l’administration Clinton, s’avère être un partenaire en affaires du méga-spéculateur George Soros depuis 2001. Ce qui expliquerai une partie de sa haine envers la Russie.

Dès la fin de sa fonction officielle en 2001, Holbrooke a accédé au poste de vice-président de Perseus LLC, un hedge fund spécialisé dans le capital-investissement. Un an plus tôt, en 2000, Perseus avait conclu un partenariat avec le groupe Persus-Soros Biopharmaceutical Fund.

Holbrooke n’est que la troisième personne du hedge fund à s’investir dans la campagne d’Obama.

D’abord, c’est le président de Perseus, Frank Pearl, qui a contribué financièrement à la campagne sénatoriale d’Obama en 2003. Ensuite, on constate qu’Obama avait nommé James Johnson, le vice-président du même hedge fund, à la tête du comité en charge de sélectionner un bon candidat à la vice-présidence pour Obama, liste sur laquelle figurait en très bonne position Holbrooke....

Bien que par la suite James Johnson fut démis de sa responsabilité dans le choix du candidat à la vice-présidence à cause de son rôle douteux dans l’affaire Countrywide Financial, Holbrooke continu à se précipiter au guichet Obama.

Richard Holbrooke, conseiller proche d’Hillary Clinton, avait surtout rêvé d’un poste de Secrétaire d’Etat dans son éventuelle administration. Mais à ce jour, estimant à tort que la campagne de Mme Clinton n’a plus aucune chance, son ambition l’a propulsé en direction d’Obama. C’est surtout le gouverneur de l’Etat de New York, Bill Richardson qui a œuvré pour faire accepter Holbrooke dans l’équipe du sénateur de l’Illinois.

Certains observateurs pensent que le discours d’Obama à Berlin, digne d’un discours de néo-conservateur avec un parfum de guerre froide, pourrait être de sa main.

En plus, c’est Holbrooke qui avait organisé, dès le 8 juillet, un repas de collecte de fonds pour la campagne d’Obama dans la maison d’Ian Rosen, un financier américain lui aussi dans le capital-investissement à Londres.

C’est probablement cela qui s’appelle un retour sur investissement…

Lisez notre dossier : la guerre secrète du misanthrope George Soros

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !