Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Richard Holbrooke aussi bosse pour George Soros

La rédaction

14 août 2008 (Nouvelle Solidarité) — Depuis peu devenu un des conseillers d’Obama en matière de politique étrangère, Richard Holbrooke, ancien ambassadeur étasunien à l’ONU et ancien Secrétaire d’Etat sous l’administration Clinton, s’avère être un partenaire en affaires du méga-spéculateur George Soros depuis 2001. Ce qui expliquerai une partie de sa haine envers la Russie.

Dès la fin de sa fonction officielle en 2001, Holbrooke a accédé au poste de vice-président de Perseus LLC, un hedge fund spécialisé dans le capital-investissement. Un an plus tôt, en 2000, Perseus avait conclu un partenariat avec le groupe Persus-Soros Biopharmaceutical Fund.

Holbrooke n’est que la troisième personne du hedge fund à s’investir dans la campagne d’Obama.

D’abord, c’est le président de Perseus, Frank Pearl, qui a contribué financièrement à la campagne sénatoriale d’Obama en 2003. Ensuite, on constate qu’Obama avait nommé James Johnson, le vice-président du même hedge fund, à la tête du comité en charge de sélectionner un bon candidat à la vice-présidence pour Obama, liste sur laquelle figurait en très bonne position Holbrooke....

Bien que par la suite James Johnson fut démis de sa responsabilité dans le choix du candidat à la vice-présidence à cause de son rôle douteux dans l’affaire Countrywide Financial, Holbrooke continu à se précipiter au guichet Obama.

Richard Holbrooke, conseiller proche d’Hillary Clinton, avait surtout rêvé d’un poste de Secrétaire d’Etat dans son éventuelle administration. Mais à ce jour, estimant à tort que la campagne de Mme Clinton n’a plus aucune chance, son ambition l’a propulsé en direction d’Obama. C’est surtout le gouverneur de l’Etat de New York, Bill Richardson qui a œuvré pour faire accepter Holbrooke dans l’équipe du sénateur de l’Illinois.

Certains observateurs pensent que le discours d’Obama à Berlin, digne d’un discours de néo-conservateur avec un parfum de guerre froide, pourrait être de sa main.

En plus, c’est Holbrooke qui avait organisé, dès le 8 juillet, un repas de collecte de fonds pour la campagne d’Obama dans la maison d’Ian Rosen, un financier américain lui aussi dans le capital-investissement à Londres.

C’est probablement cela qui s’appelle un retour sur investissement…

Lisez notre dossier : la guerre secrète du misanthrope George Soros

Pour creuser le sujet : focus

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 16 février le monde
en devenir

Don rapide