Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Richelieu Finance, Société Générale : le jeu de massacre des subprimes

La rédaction
visites
2185

Le 21 janvier 2008 (Nouvelle Solidarité) - « C’est un krach » écrit aujourd’hui Le Figaro  : « Depuis le 1er janvier, les valeurs petites et moyennes de la Bourse de Paris ont chuté de plus de 16 %. De quoi donner des sueurs froides aux sociétés de gestion qui ont massivement investi sur ce segment de la cote. »

Suite à la baisse enregistrée depuis trois ou quatre mois, et surtout depuis le début de l’année, les clients d’un des gestionnaires les plus importants de la place de Paris, Richelieu Finance, se retirent des investissements en actions. Richelieu Special a vu son actif net fondre de plus de 2 milliards d’euros fin novembre à 1,36 milliards au 17 janvier. Si, suivant les conseils de Rothschild & Cie, Richelieu Finance tente de rassurer en annonçant « un rapprochement avec un très grand acteur européen » sans pour autant en préciser l’identité, ses « mésaventures vont agiter la place dans les jours à venir ».

En ce qui concerne les grands groupes supposés « intouchables », les déboires de la Société Générale sont connus de tous. Mauvais perdant, Bear Stearns la voit comme celle courant le plus de risques parmi les banques françaises. La chute de 8,24 % de ses actions sur les marchés vendredi n’était pas le résultat d’une phrase maladroite de Christian Noyer à l’International Herald Tribune, mais en rapport avec les pertes spectaculaires du Ambac Financial (-72 %), un des principaux rehausseurs du crédit hypothécaire à risque du marché américain.

La Société Générale, selon les spécialistes, est « exposée à hauteur de 4,8 milliards d’euros au compartiment des créances obligataires collatéralisées (CDO) et de 550 millions d’euros à celui des véhicules de titrisation RMBS ».

En bref, à moins d’une réorganisation d’urgence de tout le système financier international selon les lignes proposées par Lyndon LaRouche aux Etats-Unis et Jacques Cheminade en France, le nuage des subprimes continuera à porter l’orage d’une désintégration généralisée.

Contactez-nous !